Menu

Comment tu m’as détruite

Depuis 20 ans que nous sommes ensemble. À part mes parents, tu étais la personne en qui j’avais le plus confiance. Tu as beaucoup voyagé à l’étranger pour ton travail, tu peux t’absenter pour des périodes pouvant aller jusqu’à 2 mois. J’avais quelques doutes en raison de petits signes, et ce, depuis quelques années. Mais je n’avais pas de preuve concrète, et tu aurais nié, de toute façon. Puis, je me disais que ça ne se pouvait pas, que t’étais pas comme les autres gars, et surtout, que notre amour était plus fort que tout.

C’est sûr qu’après toutes ces années, la routine s’est installée, on se tient pour acquis et on ne prend plus soin de notre couple.

Et puis, tout d’un coup, par un pur hasard, je tombe sur un texto que tu avais oublié d’effacer. Bam! Coup de fouet en pleine face : tu me trompes, ça ne fait plus de doute.

Quelques nuits plus tard, je me décide à passer au peigne fin ton téléphone. Tu as oublié d’effacer quelques petites choses qui en disent long : tu as une liaison dans ce pays lointain (depuis 2 ans), avec une fille beaucoup plus jeune que toi (et moi), et elle vient de te larguer pour un autre gars. Bref, tu mènes une double vie. Je frôle la crise cardiaque et l’envie de prendre mes cliques et mes claques et de crisser mon camp drette-là, en plein milieu de la nuit. Mais, petit détail, on a 2 enfants. Je ne peux pas partir comme ça.

Je suis tellement furax que je n’arrive même pas à pleurer. À ton réveil, j’ai plutôt mauvaise mine en raison de ma nuit blanche, et tu me demandes ce qui se passe. Je te pose des questions et tu nies tout, bien entendu. Je te dis que je sais tout, son nom, qu’elle a un nouveau chum, qu’elle a eu le culot de te réclamer de l’argent pour que tu l’aides à payer son appart. Tout.

Et là, avec une voix de petit garçon qui vient de se faire prendre la main dans le sac, tu avoues sur le bout des lèvres et tu me demandes de te pardonner. Contre toute attente, je m’entends te dire oui, que je te pardonne. Je prends ma part de blâme dans tout ça, car je n’ai pas pris soin de nous. Mais chose certaine, je ne veux plus que tu retournes là-bas sinon je divorce. Tu es prêt à tout pour t’épargner un divorce.

Bien que je n’aie pas pleuré la première nuit, les larmes ont coulé à flots dans les semaines suivantes. J’avais de la misère à faire mes journées au travail. J’arrivais de travailler, je préparais le souper et après le repas, je m’enfermais dans la salle de bain et je pleurais dans mon bain une partie de la soirée.

Tu as pleuré avec moi, tu as répondu à mes questions, mais tu as menti, je sais, pour m’épargner.

Mais tu sais quoi? Je vis avec la peur au ventre, la peur de découvrir que tu me trompes encore, que tu aies pris goût à la chair fraîche. Peur de découvrir qu’il y en a eu plusieurs au fil des années. J’ai mal au ventre, tous les jours depuis ce jour d’avril où j’ai tout découvert. Tu m’as brisée, tu m’as détruite. Je n’ai plus confiance en moi, je n’ai plus d’estime de moi. Je fais de l’angoisse et de l’insomnie, car mon hamster va trop vite. Je me demande si tu restes avec moi juste pour t’épargner un divorce ou pour garder la face devant ta famille et nos amis.

Je ne sais pas comment dire ça, mais tu as brisé quelque chose en moi. C’est comme si j’avais perdu ma joie de vivre. Je n’ai plus envie de rien, je fais semblant d’être heureuse, mais le cœur n’y est pas. Si on m’annonçait que j’ai un cancer incurable, ça ne me dérangerait même pas, je m’en foutrais totalement. Je me dirais que ma souffrance à l’intérieur de moi va enfin cesser. Car j’ai un mal incommensurable en moi, tu ne peux même pas t’imaginer à quel point je souffre.

Des fois, je me dis que je devrais te quitter, car ainsi, j’arrêterais peut-être de souffrir. Mais je t’aime et ce n’est pas facile de faire un trait sur 20 ans de vie commune, sur tout un patrimoine et sur toute une vie sociale avec nos couples d’amis. Quel parti choisiraient-ils? Comment nos fils réagiraient-ils à un divorce? Je crois qu’il faut vachement de courage pour faire un tel move. Chapeau à celles qui le font.

Sept mois ont passé depuis la découverte du pot aux roses, et je pleure encore souvent, mais en cachette. Ça te fâche quand je veux parler de ça, car tu dis que je t’ai pardonné et que je dois passer à autre chose. On dirait que tu ne comprends pas toute ma peine et ma douleur.

La blessure n’est pas encore cicatrisée et ça fait très mal. J’ai tellement peur que tu doives repartir là-bas pour le travail. Tu n’as pas eu besoin d’y retourner depuis la découverte, mais si tu as besoin d’y retourner, tu devras faire un choix et ainsi me montrer tes priorités dans ta vie, soit moi et nos fils, ou ta vie d’hôtel à sortir dans les bars comme un célibataire.

Pour l’instant, je me demande quand mes larmes se tariront et si je finirai par oublier et vivre une vie normale. Je suis tellement épuisée de pleurer et d’avoir mal au ventre tout le temps. En tout cas, je ne savais pas qu’on pouvait pleurer autant. Je ne souhaite à personne de vivre une telle douleur.

Anonyme

catherinejodoinr

Source photo de couverture

4 thoughts on “Comment tu m’as détruite

  1. Tes larmes, ton mal de ventre, tu pleures ton choix, celui de rester. T’inquiète, tu as la force de faire le move. Les enfants et les amis vont s’adapter. Tu dois toujours te faire passer en premier.

  2. Tu as accumulé trop de non-dit, il faut que tu partages tes émotions. Quand tu pleure devant lui, n’est pas de la honte, montre que tu es faible face à cette blessure. Tu gardes tout en toi, tu l’aimes trop pour pouvoir dire ce qu’il y a dire. Dans une relation, on ne doit pas avoir peur d’être ce qu’on est faiblesse, peur, angoisse. Le faite qui voyager tout le temps, tu as pris l’habitude de porter tout toute seule, quotidien, problème, éducation et lui faire juste un bref et lui épargner beaucoup de chose. Il a fait quelque chose à lui d’assumer ce que tu vis. C’est ton mari et c’est son erreur. Tu n’es pas encore guérie de son erreur donc désolé il a eu les couilles de te tromper à lui d’avoir les couilles de se faire pardonner. Courage

  3. Ton texte m’a tellement touché, tu peux pas savoir… j’aimerais tellement être en face de toi et te donner la force, le courage de vivre ta vie ma belle! Je comprends tout à fais ton point de vue rien n’est facile et il te faudra une bonne dose de courage pour affronter les différentes épreuves mais tu serais libre et heureuse, tu l’aimes mais sans confiance ça n’est juste pas possible je pense. Tu mérites de te lever tout les matins d’avoir le sourire, de te regarder dans le miroir et d’être fière d’être la personne que tu es… Je suis fille de divorcés et honnêtement je les remercies maintenant car je les ai vu heureux séparés, s’épanouir… tes amis, les vrais resterons proches de vous 2 et ne jugerons pas… et tes enfants il faudra être présents bien évidemment mais ça peut marcher… tu mérites de t’occuper de toi et de ton bonheur, tout ce que tu fais de mon point de vue c’est d’enfoncer un peu plus profondément le couteau dans ta plaie. Je suis vraiment de tout coeur avec toi… Bravo pour ce texte poignant mais s’il te plaît regarde toi dans le miroir et pause la question méritais-je ça? Suis je heureuse? Je te souhaite tout le bonheur du monde de trouver ta voie de t’occuper de TOI et des tes enfants, avec tout mon soutien.
    Charly

  4. Tout ce que tu te donnes ce sont des excuses pour ne pas faire le move. Si tu y penses autant, c’est probablement parce que tu as envie de le faire, ce move. Ça ne sera pas facile, non. C’est sauter dans l’inconnu! Mais dis-toi que au final ça ne peut pas étre pire. Les choses vont tranquillement se placer. Et comment les enfants réagiront au divorce…. comment réagiront-ils à des parents qui restent ensemble pour eux? Vont-ils devoir porter le poids du malheur de leur parents? Je pense que l’idéal du mariage et de passer sa vie avec une seule personne est maintenant désuet. (Il l’a probablement toujours été en fait, comme l’adultère c’est pas nouveau! Sauf que maintenant les gens ne meurent plus à 30 ans, mais à 80, 100ans!!) C’est mon opinion, je ne détiens pas la vérité… mais penses à combien tu pourrais être heureuse dans une nouvelle vie. Penses d’abord à ton bonheur et à ce que tu mérites. Rester dans une situation dèsagréable parce que c’est confortable ou facile ne mènera nul part. Il faut faire un move, à toi de décider lequel!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre