Menu

Nos temps des Fêtes idéaux

Cette semaine, quand j’ai commencé à penser à mon article, j’ai réalisé que Noël s’en venait à grands pas et qu’il est presque à nos portes. Tellement presque à nos portes qu’il se tient probablement devant, avec le doigt sur l’œil magique, en appuyant excessivement sur la sonnette. Bien évidemment, c’est quelque chose que j’ai réalisé le 1er novembre 2016, comme bien du monde. Toutefois, on dirait vraiment que, cette semaine, ça m’est revenu en pleine face et j’ai été envahi d’une joie inexplicable.

J’ai jamais vraiment été le plus gros fanatique de Noël… Mais cette année, pour diverses raisons, j’ai hâte comme jamais.

GuillaumeLapierre_gif

Personnellement, chaque fois que je pense au temps des Fêtes, c’est toujours ma famille qui me vient en tête en premier. Venant d’un milieu quand même « tissé serré », j’ai toujours eu la chance de partager Noël (et le reste des vacances) avec une majorité des membres de ma famille. Nos traditions sont ancrées assez profond et je crois qu’on s’est tous attachés profondément à cette façon de faire.

Généralement, le 24 au soir, c’est du côté de ma mère que ça se passe : tout le monde cuisine quelque chose (pâtés, sandwichs, assiettes de légumes ou de fromages, jambon, etc.) et on se rejoint tout simplement pour être ensemble. On joue aux cartes, on joue de la musique, on parle tous trop fort pour entendre la personne avec qui on discute, on organise bien souvent un échange de cadeaux et, évidemment, on est heureux.

Ensuite (et je crois que – sans offense à ma famille élargie – c’est la tradition que je préfère) le 25 au matin, mes parents, ma sœur, son copain, notre chien (oui oui, lui aussi!) et moi, on passe l’avant-midi ensemble à boire du café ou du chocolat chaud, à écouter de la musique de Noël, à rire de tout et de rien et, évidemment, à déballer les cadeaux qu’on a soigneusement choisis les uns pour les autres.

Finalement, le 25 (ou le 26) au soir, on se retrouve du côté de mon père pour un souper et une soirée un peu dans le même style que la soirée du 24 au soir.

Bien sûr, parsemé un peu partout, j’aime voir mes amis pour faire des activités : glissades, biscuits de Noël, soirées films, etc.

LAPIERRE_GUILLAUME_2_16DÉCEMBRE

Bref, pour résumer mon temps des Fêtes idéal, je crois qu’on pourrait dire : famille, bouffe, amis, jeux, bonheur & amour. Honnêtement, on va se l’avouer, même si c’est seulement pour deux semaines, ça fait vraiment du bien d’être quétaine.

Par contre, je sais très bien que ce n’est pas tout le monde qui souhaite passer ses vacances de la même façon que moi, et c’est exactement pour cela que j’ai décidé de sonder nos Crépus pour voir ce qu’ils considèrent comme un temps des Fêtes idéal.

« Noël dans un chalet au Vermont! J’y pense depuis très longtemps! »
— Marie Desrochers.

« C’est kitch à l’os, mais allons-y : la tour Eiffel à Noël. Avec mon amoureux, t’sais. Une semaine (ou 10 jours) à déambuler dans les rues de Paris, à s’acheter des croissants et des lattés pour les déguster dans le joli 1 ½ beaucoup trop chic que nous aurions loué. Regarder les gens courir pour faire leurs emplettes et juste respirer, légers et heureux. »
— Esther Giroux.

« Un Noël sans Trump! »
— Sarah Miller.

« Savoir que des gens seuls, qui ressentent de l’exclusion sociale ou qui sont plus démunis, auront un temps des Fêtes un peu moins moche grâce à moi! Ceci dit, sans engagement communautaire, je ne saurais jouir de la magie des Fêtes comme je le fais sans avoir le motton en pensant aux moins fortunés. J’ai été élevée selon des valeurs très chrétiennes d’amour et de charité… Donc, durant les Fêtes, j’achète une “boule” à Place Laurier pour qu’un enfant défavorisé ait un cadeau sous l’arbre, je contribue à la guignolée, je m’implique auprès des personnes âgées (mes préférés) et, cette année j’organise une kermesse/souper de Noël avec les immigrants à qui je donne des ateliers de francisation afin qu’ils ne se sentent pas trop seuls, loin des leurs dans une société en fête! Mes vacances de Noël idéales, c’est répandre de l’amour, de la chaleur et du rire. »
— Catherine Kotiuga.

« Passer Noël dans nos familles respectives et ensuite, mon chum et moi, louer un immense chalet en bois rond, avec un foyer, dans les Laurentides, pour lire des livres en pyjama, écouter nos séries avec de la grosse bouffe sur le bord du feu le soir pis regarder les étoiles, couchés dans la neige. »
— Rosie Morin-Michaud.

LAPIERRE_GUILLAUME_3_16DÉCEMBRE

« Chalet, pyjama, bouffe entre amis, foyer et glissades! »
-Mary-Lynn Kimberly Kiley.

« Un beau chalet en bois rond avec mon amoureux, un feu de foyer, une raclette, les cadeaux, un marathon d’Harry Potter et beaucoup de sommeil (et de sexe!) »
— Florence Donati.

« Noël en famille dans un chalet avec de la bouffe délicieuse comme ça se peut pas. Films, jeux de société, raquette et glissades. Beaucoup de vin! C’est simple, mais j’aime ça traditionnel. »
— Emmanuelle Rivest.

« Noël à Walt Disney! »
— Virginie Drapeau.

LAPIERRE_GUILLAUME_4_16DÉCEMBRE

« Au moins dormir, mon doux seigneur. »
— Florence Côté.

« Sleep. Every day. »
— Foan Song.

« Y’a quelques Noëls que j’ai passés seule avec mon père parce que j’étais pas assez en forme pour aller faire le party comme d’habitude — y’a même une fois que j’ai passé une partie de la journée à l’urgence… — et bizarrement, un de ces Noëls a été l’un des plus beaux que j’ai eus. On avait écouté des films de Noël et mangé tranquille. Puis, le 25 au matin, on est partis bien habillés et on est allés se promener sur la terrasse du château Frontenac. La neige tombait comme dans les films et y’avait pas beaucoup de monde, sauf qu’on entendait les gens parler en toutes sortes de langues. On a mangé dans un resto et mes frères et ma mère sont venus nous retrouver. C’est un Noël que je garde dans une genre de boule à neige. C’était un moment de réconfort et de complicité avec mon père. À travers toutes les semaines de maladie, y’a eu ce moment-là qui était vraiment apaisant. Et maintenant, comme je vais mieux et qu’on a réussi à faire des Noëls un peu meilleurs, moi pis mon père on se regarde et on repense à ces Noëls-là tous les deux et on apprécie encore plus notre famille qui fête avec nous. »
— Camille Bouchard.

Et toi, petit lutin, quel est ton temps des Fêtes idéal?

Guillaumelapierrerond

Par Guillaume Lapierre

annemariebilodeaurond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre