Menu

Pour Noël, je veux dormir!

Le réveillon chez tes parents, la soirée avec ta gang, le Noël chez ma mère à Québec, aller danser, la réception chez ta tante à Sherbrooke, le Noël chez mon père à Montréal, la party de bureau, la fête de ton amie, ma fête, la soirée de filles qu’on s’était promis de faire, l’événement surprise pour ta fête, aller voir un show, veiller tard pour la nouvelle année… C’est bien beau tout cela, mais moi, je veux dormir!

party noel

Je suis convaincue que je ne suis pas la seule à avoir trouvé 2016 intense… J’aurais souvent eu besoin d’appuyer sur pause ou d’un peu plus de temps pour assimiler les dernières scènes, avant qu’on enchaîne avec le tableau suivant. J’ai ce sentiment que la planète au complet s’est retrouvée nez à nez avec des bogues catastrophiques, à vouloir faire éclater son écran contre le sol et à mettre ses notifications sur muet. Épuisement et vulnérabilité sont nés ici, quelque part entre la surexposition médiatique mensongère et les tragédies humaines. Alors me voilà à attendre avec impatience le redémarrage annuel du 31 décembre à minuit. Espoir et résurrection, cette force prometteuse des fins de cycle. Ma liste de résolution est déjà entamée, je me surprends à vouloir finir l’année en beauté pour que la tendance se maintienne. Je m’échauffe pour ne pas me blesser au départ et pour maintenir le rythme. Et c’est pourquoi, mon plus grand fantasme pour le temps des fêtes c’est de DORMIR! Juste dormir! Me coucher tôt, me lever tard, rester en pyjama, « power napper », lire tranquille, écouter un film, m’endormir pendant le film… Me lancer dans une séance de « Netflix and Chill » un samedi soir, sans le sentiment de culpabilité lié à la procrastination ou à l’impression de manquer une soirée palpitante. J’ai ce désir excitant de prendre le temps dans mes bras et de me reposer avec lui. Dormir en cuillère avec mes décisions saines une de ces soirées d’hiver et me réveiller en pleine forme pour vivre. Mon corps semble encore avoir des séquelles des nuits folles du dernier temps des fêtes alors j’ai envie que celui-ci soit sans effets secondaires.

relaxation

Ma session achève et c’est ainsi que je vais aborder mon premier jour de vacance : en dormant! Ce relâchement incroyable lié au fait de s’endormir sans cadran pour nous ramener à l’ordre. La motivation passionnante à faire des activités qu’on peut avoir quand on a la tête reposée. Tout cela j’en rêve! Je vous invite vous aussi à peut-être sacrifier quelques soirées mémorables pour des nuits de sommeil bénéfique. Trouver cet équilibre entre le lâcher-prise pour s’amuser et celui auquel il faut savoir s’accrocher pour récupérer. Dans notre société de performance et de vitesse, faire la sieste et pratiquer l’art de ne rien faire c’est une belle façon de manifester l’importance vitale de prendre soin de soi. Et si on commençait l’année sans être fatigué?

aicharond

Par Aïcha Bastien N’diaye

AliceArsenaultrond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de