Menu

Ramenons la séduction

À quel moment s’est-elle enfuie? À quel moment l’avons-nous tassée? La séduction est sur le respirateur artificiel. Faudra penser à devoir s’en passer bientôt et en faire notre deuil. Son état ne s’améliore pas. A-t-on encore vraiment besoin d’elle?

D’année en année, il me semble qu’on séduit de moins en moins dans le but d’attirer ou de charmer. On veut du « tout cuit dans l’bec ». On ne veut plus travailler pour avoir quelqu’un. On ne ressent plus que ça en vaut la peine. On va lui taper sur les nerfs si on insiste et si on lui démontre encore et encore de l’intérêt. J’y ai dit « Allô! » et elle n’a pas engagé la conversation, c’est clair que mon chien est mort. (Non il n’est pas mort, ton chien, même qu’il n’a pas encore de nom. Fonce!) Mais on passe alors à une autre, à la prochaine qui va nous taper dans l’œil, en espérant que ce soit la bonne. Après combien de « Non j’peux pas. » que t’arrêtes de l’inviter? Elle est où la ligne du « Elle est crissement pas intéressée. »? On baisse les bras au premier atome de refus.

On se fait notre propre séduction. En fait, on le fait à la place de l’autre qu’ON trouve drôle, qu’ON trouve fin, qu’ON trouve attentionné, alors que l’autre ne le fait pas nécessairement pour nous particulièrement, pis on tombe en amour avec cette personne-là juste avec ce qu’on lui a trouvé de bien. Est-ce qu’on est plus attiré par des gens qui ne le sont pas par nous et qui ne nous démontrent pas d’attentions? (Silence de réflexion) On prend le challenge pour de l’attirance.

On ne séduit plus seulement pour être gentil. On le fait souvent pour un but précis. On veut le conte de fée, mais sans le conte pis sans la fée que, de toute façon, on commencera à trouver trop intense pis trop freak quand la passion du début commencera à s’éteindre. On n’endure plus l’imparfait.

Mettre encore ça sur la faute des réseaux sociaux (qui ont le dos large, soit dit en passant) serait trop facile encore une fois. Ah, les maudits téléphones. Paraît qu’ils sont de plus en plus intelligents et qu’ils en seraient en partie responsables, mais qui les contrôle déjà? Maudits réseaux sociaux, maudits horaires chargés à ne penser qu’au prochain week-end (qui sera chargé aussi) ou aux prochaines vacances où l’on se dira qu’on n’a pas envie de revenir à la routine. On n’a plus le temps de rester ancré et de profiter du moment présent, alors l’attention qu’on porte aux autres s’en ressent.

Aurait-on peur de la séduction? De la servir? De la recevoir? De ne pas savoir la gérer? Du rejet? C’est un jeu où l’on ne veut jouer que si l’on est assuré de la réception de l’autre, autrement on s’abstient. C’est l’effet Tinder. C’est comme ça que ça fonctionne. La séduction est associée à l’amour et au sexe? Vous n’êtes pas dans le champ, mais recevoir un compliment est une forme de séduction et la séduction n’est pas nécessairement une entrée vers le « J’aimerais aller prendre un verre pour te connaître davantage pour voir si l’on pourrait être conjoint de fait pis payer nos comptes. » ou le « J’veux coucher avec toi donc je commence ça avec un compliment ben easy comme collet, j’vois comment tu réagis pis je m’ajuste. ». C’est plaisant de recevoir un compliment random, mais faudrait un cours de gestion de compliments avec un module complémentaire sur quoi dire d’autre que « Merci! » sans faire comme moi.

– « T’as un beau chandail Patrick. »
– « Merci, 10$ . » Justifiant que tu peux avoir du beau linge à p’tits prix. Fais-pas ça.

On aime tous se faire séduire quand c’est fait avec classe et bon goût. C’est bon pour l’égo. On séduit en saluant un inconnu, quand on laisse sa place dans l’autobus, quand on complimente le serveur du resto pour son bon service. C’est tout ça, la séduction. On peut tenter de l’éviter, mais parfois elle survient par un compliment quand on ne s’y attend pas.

« Bonjour, vous avez une très jolie robe. »

Pourquoi ces mots laissent l’idée de l’attirance sexuelle? Je ne veux pas croire que ça se fait uniquement avec cette intention, non j’veux juste pas et pourtant, il n’y a pas si longtemps, on invitait une fille à danser pour la séduire. Essayez ça dans les bars maintenant, pour voir.

« Salut, je m’appelle Patrick, viens-tu danser? »

J’me dis que si Kevin Costner a déjà dansé avec les loups…

Comment agresser quelqu’un de nos jours? Le saluer. Certains diront qu’ils se ferment à toute forme de contact avec un étranger afin d’éviter qu’il prenne la réponse comme la confirmation qu’il peut aller plus loin dans l’approche. Sommes-nous rendus là? Les gens ne sont pas prêts à recevoir pareille forme de civisme. Je l’sais, j’le fais souvent. Je n’attends rien en retour bien que ça fasse très plaisir. Et lorsque je ne le fais pas, je reçois un magnifique sourire. Bravo Pat. L’envie de rebrousser chemin me prend afin de lui rendre la pareille, mais au diable la spontanéité.

Et vous, les couples, vous séduisez-vous encore? Je l’espère bien… comme si c’était seulement réservé aux célibataires. Séduire quelqu’un qui est déjà amoureux de toi, n’est-ce pas la plus belle forme d’amour qui soit? Qui n’a pas une seconde de libre dans sa journée? Parce que c’est le temps que ça prend pour séduire. Ouvrons-nous, soyons plus réceptifs envers les autres, ramenons cette séduction et au lit, fermons nos téléphones. De toute façon, ils sont intelligents, ils comprendront…

Par Patrick Lapperière

popupcatherinejodoinr

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre