Menu

Des mots pour les maux

Je crois que j’ai toujours été amoureuse des mots, que ce soit en anglais ou en français. En fait, ce qui est assez ironique, c’est que ma mère s’est longtemps inquiétée sur le développement de mon langage. Mais j’ai cette fascination et admiration pour les mots, surtout à l’écrit, pour ce qu’ils peuvent apporter dans le monde.

La langue française comporte 26 lettres individuelles, pouvant former des millions de mots. Certains les utilisent pour remercier, souhaiter, fortifier, raviver. «Je t’aimerai pour toujours.» D’autres n’en ont besoin que pour attaquer, intimider, ruiner, accuser. «Tue-toi, tu ne mérites pas de vivre.» C’est impressionnant comment 26 simples lettres, selon l’ordre auxquelles elles sont placées, peuvent soit faire pleurer quelqu’un de joie, ou bien le détruire complètement.

Et toi? On me questionne alors. Et toi, avec les possibilités quasi-infinies de mots qui existent dans notre langue, avec l’énorme famille de mots mise à notre disposition, que fais-tu?

Et bien, moi j’écris quand personne ne m’écoute, j’écris quand les mots heurtent mon cœur, se manifestent, quand ils secouent les barreaux de ma cage thoracique. J’écris quand les mots s’emparent de mes entrailles, les torturent, quand ils décident d’enfler ma gorge, m’empêchant ainsi de respirer naturellement. J’écris quand les mots deviennent finalement trop étouffants pour moi, quand je les libère enfin de leur prison infernale. Je m’en sers pour libérer les secrets de mon esprit qui reposent dans leur cocon, attendant le jour où ils deviendront des papillons débarrassés de leur chrysalide.

Je me sers des mots pour me vider le coeur et la tête, et tout ce qu’il y a entre. J’aime l’image et les émotions que les mots peuvent évoquer. Le monde qui me connaissent bien savent que l’expression orale n’est pas mon point fort, mais écrire… Ça vient si facilement, si naturellement, et ça me permet de me débarrasser d’une certaine part de l’anxiété dans ma vie.

Je me sers des mots pour vivre.

Trinachencormierrond

Par Trina Chen-Cormier

camilleleblancrond

Source de la couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre