Menu

Lettre d’amour à mon chum

Salut mon beau!

Je te l’ai dit l’autre soir et je me répète encore, mais je suis si content de t’avoir trouvé.

Pendant longtemps, je ne croyais pas que j’allais trouver l’amour. Tu le sais, j’en ai rencontré des gars, mais ça n’a jamais marché.

Mais avec toi, c’est spécial. C’est différent.

La première fois qu’on s’est vus, dans le parking du parc Angrignon à Lasalle, je t’ai trouvé beau. On a parlé pendant 2 heures, pis à la fin, tu m’as embrassé.

Tu m’as vraiment fait du bien. À ce moment-là, sans même le savoir, t’as comme rallumé quelque chose en moi qui était éteint.

Les jours sont passés et je croyais bien qu’on ne se reverrait plus. Après tout, de nos jours, un french, c’est pas synonyme d’engagement.

Puis on s’est revus et je t’ai fait confiance. Et sans même que je m’en rende compte, tu es devenu mon chum.

Ça faisait presque 2 ans que je n’animais plus Call TV lorsqu’on s’est rencontrés. Ma vie a beaucoup changé depuis. Quand j’ai décroché ce poste à mes 20 ans, je réalisais un de mes plus grands rêves : présenter une émission de télévision.

Je capotais à l’idée de partir à l’autre bout du monde, être à la télévision tous les jours et faire un salaire de fou. En quelques semaines, j’ai eu toute l’attention que je voulais. Des centaines de likes sur mes photos, des dizaines de messages d’amour par jour, 5 000, puis 10 000, et 15 000 amis Facebook…

Plus je provoquais les gens en ondes, plus on parlait de moi. En bien ou en mal, j’aimais ça. Je me sentais vivre. Au diable la dignité!

Puis je me suis rendu compte que j’étais triste et déprimé de trop travailler. Ç’a duré 4 ans. C’est long, 4 ans loin de sa famille et de ses amis, en Europe, pour tourner une émission dont tout le monde rit. Et finalement, mon corps et ma tête m’ont lâché.

Quand j’ai décidé, il y a un peu plus de 2 ans, d’en finir avec ce show-là, j’ai eu l’impression de retrouver un peu de dignité. Je me suis enfin donner un peu d’amour.

Assez la visibilité, assez les voyages, assez l’argent sale. Il était temps de passer à autre chose et de me faire respecter.

Tu ne connais pas cette ancienne vie. J’ai beaucoup changé depuis. Avant, je n’étais probablement pas prêt à ton amour.

Heureusement, j’ai vieilli. Je suis devenu un adulte. Je me suis raisonné et j’ai compris qu’il fallait que je lâche prise. J’ai juste accepté d’attendre mon tour, d’être patient, de laisser aller la vie. De ne pas en vouloir aux autres, surtout.

Je prends le temps de découvrir le bonheur, le vrai, dans chaque petite chose qui m’entoure, et maintenant, avec toi.

À Noël, au beau milieu de mon salon, j’ai réalisé que j’étais tombé en amour. Et je n’ai pas eu peur du tout.

Tu me donnais des cadeaux, tu étais fier de ce que tu m’offrais, tu étais content de me voir sourire.

Tu m’as dit : « Personne ne t’a jamais donné de cadeau, moi, je vais t’en donner toute ta vie. C’est moi qui va te rendre heureux. »

Je t’ai regardé, j’ai touché ton visage, j’ai pris tes mains et j’ai touché tes cheveux. J’ai juste eu envie de brailler, mais cette fois-ci, pas de tristesse.

Tu me respectes, tu prends le temps avec moi, tu m’écoutes, tu prends bien soin de moi.

Quand les gens me diront que l’amour n’existe pas, je leur répondrai que c’est faux.

Ma définition de l’amour a changé, depuis que tu es là. Tu m’as sauvé.

Et tu me rends heureux. Je t’aime, Alexandre!

Karl

La jolie photo du dimanche. 💖

Une photo publiée par Karl Hardy✌🏻️ (@karl_hardy) le

karlhardyrond

Par Karl Hardy

catherinejodoinr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre