Menu

Célibataire, mais pas seule

Pour commencer, je tiens à dire que ceci ne sera pas un article contre la Saint-Valentin. Il y en aura beaucoup aujourd’hui, mais, personnellement, je n’ai rien contre cette fête. Ben oui, c’est commercial ; ben oui, c’est une invention de la société pour nous faire dépenser… Ouain, pis? Je suis désolée d’être la porteuse de cette nouvelle choquante, mais, des inventions de la société pour manipuler nos choix économiques, sociaux et autres, il en existe de bien plus graves que la Saint-Valentin. Si les couples veulent se faire manger des fraises dans un bain moussant en se disant à quel point ils sont chanceux d’avoir échappé à la mer sinistre du célibat, ce ne sera pas moi qui vais les en empêcher. En plus, au fond, ils ont un peu raison.

Je n’ai peut-être rien contre les gens en couple, mais ils savent déjà ce qu’ils vont faire aujourd’hui et je ne leur dirai certainement pas comment le faire. Il existe d’autres genres de sites pour ça. Ce texte s’adresse donc plus à mes compatriotes célibataires. Voici trois choses que je ne ferai pas aujourd’hui et que je vous conseille d’éviter aussi :

  • Je ne serai pas jalouse des gens en couple.

Dans notre société de plus en plus narcissique, c’est devenu la mode de haïr les gens en amour, comme c’est la mode de mépriser le succès de son prochain ou d’envier ses accomplissements – mais, non, pas aujourd’hui. Aujourd’hui, alors que je vais voir les couples poster des photos de verres de mimosas au spa et de longs messages d’amour sur les médias sociaux, je ne serai pas jalouse. À la place, je vais essayer d’être heureuse pour eux, heureuse par eux – parce que, quand on y pense, sur nos réseaux, à la télé, dans les journaux, on voit des choses pas mal pires que de l’amour qui se répand le temps d’une journée. On se laisse déprimer et alourdir par tout ce qui est triste de la vie, alors pourquoi ne ferait-on pas aussi le contraire? C’est peut-être quétaine, les fleurs et le chocolat, mais ce n’est pas de la misogynie ou de la politique ou du terrorisme. Aujourd’hui, je vais m’abreuver de ces doses d’amour-là au lieu de les mépriser, je vais puiser de la force dans tout ce beau pour les jours où le monde est plus sombre.

  • Je ne texterai pas mon ex.

Un ex, une fréquentation, peu importe comment on le définit, ce n’est pas aujourd’hui la journée pour le texter, ce n’est pas la journée pour le voir et ce n’est assurément pas la journée pour coucher avec sous prétexte qu’on se sent seule et que c’est « donc ben triste d’être seule le jour de la Saint-Valentin ». Non. Vous savez ce qui est beaucoup plus triste? Retourner dans de vieilles histoires, rouvrir de vieilles blessures et oublier de respecter les choix que l’on a pris, parce qu’on ne veut pas dire qu’on a passé la journée sans date. Je vais m’acheter du chocolat, je vais regarder un film, je vais aller m’entrainer, je vais manger des sushis avec mes chums de filles, je vais faire du tricot s’il le faut, mais je ne le texterai pas. Pis si lui me texte, je ne répondrai pas présente. Vous devriez faire pareil. Rappelez-vous : il n’a pas changé, ça ne sera pas différent et, demain, le 15 février, vous allez devoir vivre avec ça. On ne se fera pas ça, deal?

  • Je ne ferai pas l’erreur de penser que je suis seule.

Je pense que c’est le point le plus important. Oui, je suis célibataire. Non, je ne suis pas seule. J’ai tellement de gens dans mon entourage qui sont présents, le 14 février, mais le 13 et le 15 aussi. L’amour, ça vient sous toutes sortes de formes, de toutes sortes de façons et personne n’a jamais dit que la journée de l’amour ne servait qu’à célébrer l’amour romantique. Ça devrait être beaucoup plus que ça. Il existe trop de façons d’aimer et d’être aimé pour n’en célébrer qu’une seule.

En cette Saint-Valentin, je ne vais pas me morfondre, parce que je n’ai pas encore trouvé la personne qui va me prendre la main le long du chemin sinueux de la vie. Je vais plutôt remercier, embrasser et chérir les gens qui marchent côtes à côtes avec moi au quotidien, les gens qui m’inondent de leur amour, chacun à leur manière. Ils méritent d’être reconnus, tout autant que le garçon qui colle son ventre contre mon dos la nuit. Leur soutien est différent, mais il est constant ; et s’il y a bien une journée pour leur dire à quel point je suis reconnaissante de les avoir dans ma vie, c’est bien la journée de l’amour, non?

mariechristinechartierrond

Par Marie-Christine Chartier

Elodiedugatrond

Élodie Dugat

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de