Menu

La maudite fête commerciale de l’amour

Ma phrase préférée aujourd’hui?

« La St-Valentin c’est juste une maudite fête commerciale de l’amour. » Yeah right. Mais quand y a le mot « amour » dans une phrase, j’me fous ben du reste, car anyway ça diminue l’aspect négatif des autres mots.

« Tu m’énarves, mon amour! » Vous voyez?

Mais laissez-moi vous dire que j’aurais aimé ça contribuer à ce maudit commerce là moi aussi, cette année, mais ce sera pour une autre fois. Car pour plein de raisons, je n’ai personne qui me rend le cœur pétillant présentement. T’sais, pétillant comme quand on se sacrait un paquet au complet de Power Poppers dans yeule quand on était p’tits? Ces fameux p’tits bonbons que tu laissais agir sur ta langue avec une face de désaxé, la bouche ouverte pour que tout l’monde entende le bruit qui te résonnait toi-même jusque dans les oreilles?

Pétillant d’même.

Ouin pis, j’sais ben que c’est une journée comme les autres et que tu n’aimes pas plus ton amoureux cette journée-là. Comme tu ne te bourres pas la face dans l’chocolat juste à Pâques. Mais me semble que le p’tit maudit lapin en chocolat que tu manges toujours en commençant par ses oreilles vides goûte encore meilleur à Pâques que les autres jours, non? Comme pour la fête des amoureux. C’est bon de s’aguicher à l’année, mais de lui grignoter les oreilles cette journée-là est encore mieux. Idéalement vides, elles aussi, mais dans ce cas-ci, c’est plus une question d’hygiène. (fin du segment un peu dégueu)

Permettez-moi aussi d’avoir une pensée pour ceux et celles qui vivent une rupture depuis peu. Vous qui êtes en plein d’dans, vous trouverez ça encore pire, j’crois bien, avec un gros sentiment d’amertume qui vous habitera. J’pense que c’est normal car y a jamais de bons moments pour se sacrer là. Si c’est pas la Saint-Valentin, ce sera sa fête ou la tienne, ou Noël, ou pendant qu’il vient de perdre sa job, ou, ou, ou…

Avoir Cupidon devant vous vous donnerait probablement envie d’y arracher son arc pis d’y « swinger » ses flèches dans l’cul à travers sa couche de p’tit chérubin blondinet. Dites-vous que si c’est arrivé, cette rupture, y a systématiquement une raison. Pis cette maudite peine là, c’est peut-être juste comme un glaçon qui se prend pour un igloo. Ça crée un osti d’frette présentement dans ton cœur, mais il fondra tranquillement avec le temps pour laisser place à autre chose, t’inquiètes.

Pis vous autres, les amoureux, aimez-vous dont particulièrement là, parce que c’est pour vous autres justement. Fêtez-la cette mausus de fête, elle vous appartient. Laissez faire les casseux d’moments d’bonheur pis les « Cupidon basher ». Ouvrir un cadeau de Noël emballé avec du papier argenté avec un imprimé de cerfs dessus pis un beau gros chou mauve sul’ top te ferait plaisir quand même à n’importe quel moment de l’année, mais aurait moins d’impact si tu l’ouvrais le 17 juillet mettons. Ben c’est un peu ça, la Saint-Valentin. Le mot AMOUR est déjà inscrit sur une feuille mais vous soulignez cette journée-là au gros marqueur fluo. Ça ajoute rien à la force du mot, mais le jaune flash dessus le fait ressortir et le rend plus beau et plus illuminé. Pis maudit, pesez fort sul’ crayon et à grands coups svp, OK? Cherchez pas la métaphore, je parle encore du fluorescent, gang de pervers…

Et toi qui n’est pas amoureux présentement et qui se demande même si l’amour ne t’a tout simplement pas oublié, souligne dont toi aussi cette fête de l’amour, mais celui que t’as pour tes proches. Parce qu’un cœur qui aime ça reste un cœur qui aime, surtout le 14 février et peu importe à qui cette dose d’amour est destinée. Que ce soit à un ou une amie, à tes parents ou à tes enfants, d’l’amour c’est d’l’amour. Sois commercial et cliché toi aussi, et va t’acheter des sushis avec un p’tit blanc pour le passer en amoureux avec toi-même ou avec quelqu’un de single comme toi. Pis qui sait? Tu réaliseras peut-être que le toi en couple était peut-être pas si heureux que ça malgré la grande tristesse de voir cette relation se terminer ainsi que la p’tite routine sécurisante prendre le bord. Qu’on aime encore ou pas, c’est plate.

Appelle tes proches pour leur rappeler que tu les aimes. Épargne les fesses de Cupidon pis utilise les flèches à bon escient pour les pitcher dans leurs cœurs à eux, à la place. Pis un jour peut-être pas si lointain, alors que tu t’y attendras pas, tu retomberas amoureux. J’suis d’avis que de tomber amoureux, ben ça se prépare pas, ça te surprend. Ça t’attend sul’ bord d’un mur pis drette en le tournant ça te crie : BOUH! Tu fais l’saut, ça te prend d’court tellement tu t’y attendais pas, pis là, tes sentiments amoureux se remettent à pétiller. Comme avec un sac de Power Poppers, mais versé drette dans l’cœur.

popup

Par Patrick Laperrière

catherinejodoinr

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre