Menu

Guide pour laisser aller quelqu’un de ta vie

Sérieux, c’est beau l’amour. N’importe quel amour: l’amour pour tes parents et ta famille, l’amour pour ton meilleur ami et ta gang d’amis, l’amour pour la personne qui se réveille à côté de toi chaque matin et avec qui tu partages ta vie.

Mais des fois, c’est moins beau l’amour. Quand on réalise qu’une personne doit quitter notre vie, la plupart du temps, notre premier instinct est de refuser catégoriquement, d’essayer de se convaincre qu’on peut encore garder la relation. Mais une belle relation, peu importe la sorte de relation, doit agrandir ta vie. Une mauvaise ne va que la rendre plus étroite. Au final, selon moi, c’est une question de bonheur. Est-ce que cette relation t’amène du bonheur? Oui: good. Non: bye. Fafa.

Bon, je sais que ce n’est pas aussi évident que ça. C’est rough des fois, je l’avoue. Je suis la genre de personne qui a beaucoup de misère à laisser le monde partir de ma vie parce que quand je m’attache, je m’attache vraiment fort. Mais je crois aussi qu’on peut y arriver petit à petit, à son propre rythme, et en suivant quelques (petites) étapes.

Étape 1 : Fais le deuil de ta relation

Le deuil, moi je trouve ça ben bizarre. Bizarre dans le sens que j’le comprends pas trop. Et vu que c’est différent pour chaque personne, c’est difficile de comparer son deuil à celui de quelqu’un d’autre. Mais ce sont souvent les mêmes émotions qui reviennent: le déni, l’isolement, la colère, la négociation, la dépression et finalement, l’acceptation. Certains vivront toutes les étapes, tandis que d’autres n’en vivront que certaines (Dieu sait que j’ai passé un petit peu trop de temps dans l’isolement en écoutant du City and Colour). Mais commencer par reconnaitre le deuil, c’est déjà un bon début. C’est un processus naturel de la guérison, et tu vas peut-être être pogné avec pour un bout de temps, faque dis-y salut et laisse-le s’installer. Un autre moyen est d’en parler aux autres, aux personnes de son entourage en qui tu as confiance. Et même si personne dans ta vie est au courant de ce qui se passe, s’admettre à soi-même qu’on est en deuil fait tellement du bien.

Étape 2 : Accepte le passage du temps

C’est quétaine, mais c’est vrai! Le temps guérit toutes les blessures, que ce soit la grafigne sur ton genou ou sur ton coeur. Même mon cours d’évolution à l’université le confirme : la clé de la réponse, c’est le temps! Un jour à la fois, et avant que tu le saches, ça fait déjà un mois. Et ensuite de ça, 6 mois. Et après, un an. Pas pire quand même non? Quand je leur ai demandé des moyens de laisser partir des personnes, mes amis m’ont tous répondu le temps. Et j’avoue que ça peut paraître décourageant, de penser que seul le temps t’aidera, mais comme un de mes chers ami m’a dit: «C’est un processus d’adaptation que de laisser aller quelqu’un et adaptation = temps.» Engage-toi à prendre tout le temps qu’il te faut, pour te concentrer sur toi-même, parce que tu es la personne la plus importante dans ta vie. Tu auras des jours où tu ressentiras encore de la douleur, mais tu auras aussi des jours où tu vas être correct. Reconnaîs-les comme des petites victoires, parce que tu le mérites.

Étape 3 : Souviens-toi de la relation

Une fois le deuil entamé, je crois qu’il est important d’évaluer la relation d’un point de vue plus objectif. Oui, la relation a existé, et elle a dû être belle pendant un moment, aussi longue ou courte a-t-elle duré. Mais pourquoi n’a-t-elle pas fonctionné alors? Prendre du recul pour être honnête avec soi-même ne ferait pas de tort. Sois honnête avec les hauts et les bas de la relation, de l’autre personne, mais aussi de toi-même. Personnellement, j’ai une fâcheuse tendance à mettre la personne sur un piédestal, à la valoriser sans arrêt lors de la relation, jusqu’au moment que la relation se termine, et là, on dirait que ça me frappe vraiment fort, que l’autre personne n’était pas parfaite, et moi non plus. Une autre de mes amies (ils sont remplis de sagesse honnêtement), m’a mentionné que le retour sur la toxicité de la relation, s’il y avait, est primordial. En faisant ce retour, ça va être tellement plus facile de reconnaitre les signes dans le futur.

Étape 4 : Interagis avec d’autres personnes

Ouais, des fois, on a le gout de faire l’hermite, de s’envelopper d’une doudou et rester là, et c’est tout à fait normal. Mais tes proches de ton entourage, ils te connaissent plus que tu ne le penses et ils peuvent t’aider à revenir à qui tu es réellement. Cependant, avant de te lancer là-dedans, définis les limites de la conversation. Je ne peux pas insister assez sur ce point honnêtement. J’ai fait l’erreur de ne pas mentionner le fait que je ne voulais pas parler d’un certain sujet, et de nombreuses personnes ramenaient le sujet sans se rendre compte que ça me blessait encore. C’était évidemment sans mauvaises intentions, mais bon. Dernier conseil: laisse rentrer d’autres personnes dans ta vie, ils ne vont pas mordre. On peut se sentir coupable parce que on pense qu’on est en train de remplacer ce qu’on a perdu, mais il s’agit plutôt de passer à autre chose.

Étape 5 : Exprime-toi

J’aime bien laisser cette étape facultative, puisque ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise d’exprimer leurs émotions et leurs sentiments. Mais pour certaines personnes, le tout devient trop et elles ont besoin de tout laisser sortir. Plein d’options s’offrent alors! Parler, écrire (une lettre ou dans un journal), etc. Juste faire un petit changement dans ta vie, tel qu’essayer une nouvelle coiffure ou changer la conformation de sa chambre peut te remplir d’optimisme, même si ce n’est que temporaire.

Étape 6 : Continue dans ta vie

Oui, cette personne a peut-être laissé une trace en toi, mais apprend à vivre encore, parce que t’es hot, et tu le mérites. Tu mérites de vivre ta vie à fond.

Trinachencormierrond

Par Trina Chen-Cormier

camilleleblancrond

Source de la couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de