Menu

Le fameux « non »

Non. Ce mot. Ah, ce fameux mot. T’sais, ce. fameux. mot. (bin oui, toi, en italique pis toute).

Guillaume_Lapierre_24fevrier_gif1

Le dictionnaire Larousse nous donne plusieurs définitions pertinentes :

  • Indique une réponse négative. Peut être renforcé par un adverbe, par la répétition.
  • Devant une phrase négative, sert à marquer fortement la négation.
  • Joint à une interrogative, exprime l’impatience.
  • Sur un ton interrogatif, marque l’étonnement, le refus provisoire de croire à ce qui vient d’être dit.
  • Avec une phrase exclamative, indique l’étonnement, l’indignation.

Ma définition préférée (on s’entend que « préférée » est un euphémisme, parce qu’idéalement, je n’aurais même pas à devoir choisir dans cette liste), je crois que c’est la première. Pourquoi, me demanderez-vous? « Indique une réponse négative. […] par la répétition. » La répétition, la répétition… au fond, se faire dire « non » sur une base constante.

T’sais : « Non, désolé. », « Je ne crois pas que ce soit dans tes compétences. », « Yeah… How about no? », « Non, ça ne fonctionnera pas… », « Ew non! », « C’est malheureux de devoir se le dire, mais non. », « Non, ce n’est pas possible. », « Non, tu ne peux pas faire ça. », « Non… », etc.

Au cours des dernières semaines, j’ai essuyé de nombreux revers dans différentes sphères de ma vie (professionnelle, amoureuse, scolaire) et je dois avouer que ça commence vraiment à me taper sur le moral.

Non seulement le moral en prend un coup, mais l’estime de soi, elle? Ouch… Elle a plus droppé dans les dernières semaines que Beyoncé l’a fait pendant sa performance au Super Bowl.

Bon, c’est pas si pire que ça. Mettons, ça droppe plus qu’Iggy Azalea l’a fait dans son vidéoclip pour sa chanson Work.

Je sais que c’est plutôt irrationnel de se laisser atteindre de manière aussi puissante par un simple mot, mais je crois que c’est l’impact de l’intention derrière le mot et, comme je l’ai dit un peu plus haut, la force de la répétition, qui me heurte à ce point.

Malheureusement, malgré toutes les façons par lesquelles j’essaie de me remonter le moral (faire des choses que j’aime, par exemple : lire un bon livre, paresser devant Netflix, écouter la même chanson de manière répétitive), on dirait que ce goût amer, cette désagréable impression, demeure. Elle demeure, grandit et, au fil du temps, on dirait que ça laisse des taches. Un peu comme quand tu ne rinces pas ta vaisselle, t’sais? C’est juste pas beau.

(Rince ta vaisselle en passant, c’est toujours apprécié.)

Guillaume_Lapierre_24février_gif2

J’ai tout simplement l’impression de ne pas être considéré, de me faire systématiquement couper l’herbe sous les pieds et de ne pas avoir de contrôle sur où ma vie s’en va. Je commence un peu à être tanné… Je ne suis pas bon? Mes idées ne sont-elles pas assez bonnes? Je ne suis pas assez si, je ne suis pas assez ça… À force, ça devient lourd.

Lourd, notamment parce que ça vient miner les aspects de ma personne avec lesquels je doute le plus.

Lourd, au sens où j’ai l’impression que la personne qui me le dit croit que je ne suis pas capable de faire les efforts pour assumer les responsabilités que la tâche quelconque va m’incomber.

Lourd aussi parce que je ne sais pas à quoi attribuer ces rejets, ces refus, ces déceptions… Je ne sais pas à quoi les attribuer et, bien honnêtement, je ne sais pas non plus comment les gérer, les accueillir comme des opportunités d’avancer, de comprendre et de me développer.

Parce que quand on y pense, se faire dire « non », ce n’est pas la fin du monde, loin de là. Je le sais bien. C’est une occasion de grandir, de faire un peu de travail sur nous-mêmes et d’apprendre ce que l’on peut changer pour, au final, obtenir plus d’opportunités.

C’est vrai que c’est un mauvais moment à passer, et plus spécifiquement à assumer, mais ça ne restera pas toujours comme ça. Un refus est peut-être le premier d’une longue liste de refus. Mais, au bout de cette liste-là, je peux te garantir qu’y’a une foutue belle opportunité qui t’attend.

Comme Tyra Banks l’a dit : « When you stumble, pull yourself up. I’m not telling you it’ll be easy. I’m telling you it’ll be worth it. »

Et si jamais tu as besoin d’un peu de support moral, tiens :

Guillaumelapierrerond

Par Guillaume Lapierre

annemariebilodeaurond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de