Menu

Un vent de liberté

D’une bravoure époumonée est né un souffle prometteur. De cette promesse est né un vent solidaire. Un vent de liberté assoiffé de justice. De cette digne soif est né un torrent révolté. Aux quatre coins du monde, les plus courageux se sont réunis pour défendre leur dignité.

En Afrique du Sud, le 17 mars 1992, il y a eu ce vieillard qui s’est dressé sur ses jambes diaphanes, s’écriant qu’il pouvait mourir en paix car il avait enfin eu la chance de voter pour sa liberté. Au Mexique, l’année 1994 a été accueillie sous une poésie politico-romantique. Un groupe de rebelles indignés s’est reconnu au travers des déclarations poétiques nées sous la plume d’un commandant valorisant la liberté intellectuelle. Au Québec, c’est en 1995 que Françoise David a su unir plus de 15 000 personnes pour défendre les droits salariaux de la femme. Les répercussions positives de la part du gouvernement furent instantanées. Aux Pays-Bas, les couples homosexuels se sont unis par le mariage pour la première fois sous la brise printanière de l’année 2001. Aux États-Unis, sous le soleil ardent de l’été 2005, une mère en deuil s’est révoltée contre Bush. Alors que la guerre en Irak lui a arraché son fils, Cindy Sheehan a réalisé que cette guerre n’était en rien la noble cause qu’avait présumée Bush. En campant sur le terrain du président pour plus de six semaines, Sheehan a rassemblé à sa cause une pléiade de vedettes, de journalistes, d’anciens vétérans et de militants. Elle attendait seulement que Bush révèle aux médias la vraie raison qui l’a poussé à envahir l’Irak.

Ces actes de bravoure sont tous présentés sous forme de courts métrages au Musée de la civilisation. L’exposition 25 x la révolte!, c’est 25 rassemblements différents, 25 luttes différentes motivées par une seule quête : le droit fondamental qu’est la liberté.

J’y ai vu des ados se réveiller à la suite d’un visionnement. Ils ont compris la valeur qu’apportent les idées, ils ont réalisé l’importance de la politique. J’y ai vu des parents initier leurs enfants à la démocratie, au poids des mots soulevant la liberté.

Je suis honorée de pouvoir conclure en citant le proverbe mexicain suivant : « Ils ont essayé de nous enterrer, mais ils ignoraient que nous étions des semences. »

Le printemps est à nos portes. Réveillons-nous.

aimydumontrond

Par Aimy Dumont

camilleleblancrond

Crédit photo de couverture : Arthur Tsang Hin Wah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de