Menu

J’ai décidé de fuir

C’est peut-être lâche, c’est peut-être courageux – je n’en sais rien. C’est peut-être un bon moyen de me retrouver, c’est peut-être un bon moyen de me perdre – je n’en sais rien.

J’ai mis le feu vert – ou le feu rouge, vois-le comme tu veux. Mes peurs, maintenant, j’leur dis non ; j’me dis oui. Je m’écoute, je pars à l’aventure, j’me pousse, avec elles dans mon sac, dans mon cœur, dans mes souvenirs. Je pars loin d’ici trouver la force d’entreposer ces souvenirs, trouver la force de mettre de côté tout ça, me donner la chance de peut-être passer à autre chose. Si c’est bien possible, parce que, parfois encore, j’en doute. Je pars ailleurs m’émerveiller de la nature, des autres, de ce que le monde a à m’offrir.

J’ai décidé de fuir. Pis je l’assume.

J’ai décidé de partir voir ailleurs si je n’y suis pas. De toute manière, je ne peux pas être moins là que ce que je suis ici. J’ai décidé de ne pas faire face à mes problèmes et de me faire face à moi : à ma solitude, à mes forces, à mes faiblesses, à toutes ces choses que je ne connais pas de moi. J’ai fait le choix de m’éloigner de tout : de ma routine, de ma peine, de mes peurs et d’aller chercher dans l’inconnu une réponse à mes questions – un pansement pour mes blessures. J’ai décidé de même m’éloigner des gens que j’aime pour me permettre d’apprendre à les aimer mieux, à constater le fait qu’ils me sont indispensables, que je leur doit tout. Merci.

Je pars, ben oui. Je lève les voiles, les cheveux dans le vent pis toute. J’vais voir ailleurs comment on pense, comment on vit, mais c’est aussi pour trouver comment j’pourrais m’reconstruire ou me compléter. À la grandeur que le monde a, c’est certain que je n’ai pas tout ici pour me compléter. Chaque pas dans l’étranger sera une partie de la solution.

Je serai loin de tout ça, je pourrai vivre mes émotions, tout en étant distanciée de leur ultimatum. C’est une bénédiction de prendre la décision de partir. Je vais me faire croire que la terre ne tourne plus chez nous, que mes problèmes m’attendent, que mes décisions m’attendent… et c’est ce qui va arriver. La terre continue de tourner, mais je me permets cette pause pour reprendre mon souffle, retrouver l’envie de faire ce que j’aime faire, d’être qui je suis.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de