Menu

District 31 : coupable de trop aimer cette émission

« Vous êtes en état d’arrestation pour écoute abusive de District 31. Il y a deux caméras, une ici, l’autre là-bas. À partir de maintenant, tout ce que vous direz pourra et sera retenu contre vous. »

Coupable, je plaide coupable sans hésiter.

Comme la grande majorité de la population, je suis complètement accro à cette quotidienne québécoise.  Des textes aux interprétations, en passant par la réalisation, tout est mené avec une intelligence assez impressionnante. Je me suis penchée sur la question, et je crois avoir trouvé les 10 principales raisons qui expliquent l’énorme succès de ce bijou télévisuel.

1. Les intrigues sont crédibles et captivantes

Comme toute bonne série policière qui se respecte, le suspense est au rendez-vous d’épisode en épisode et ce, toujours avec réalisme et pertinence. Les interventions des enquêteurs sont teintées d’humanité, leurs interrogatoires sont fluides et les sujets traités ne sortent pas de nulle part. Ils sont originaux, mais toujours réalistes.

2. Les personnages sont complets et complexes

Nadine, Patrick, Isabelle, Da-Xia, Stéphane, Sonia, Daniel et Bruno ont une vie en dehors du poste de police et ils portent d’autres chapeaux que celui d’employés au District 31. Ils sont parfois impatients, parfois contradictoires, parfois difficiles à suivre. Bref, ils sont comme n’importe quel être humain normalement constitués, ce qui les rends encore plus attachants.

3. C’est écrit de manière particulièrement intelligente

Rien n’est là pour rien. Toutes les informations données ont leur place dans l’histoire. Parfois, elles servent à brouiller les pistes, d’autres fois elles servent de clé de compréhension, mais dans tous les cas, chaque détail semble être choisi avec soin pour une raison précise.

4. Le jeu des comédiens est hallucinant  

Il n’y a pas que les textes qui parlent, le non-verbal des comédiens vaut aussi pour beaucoup. Bien qu’il s’agisse principalement d’acteurs connus qui ont déjà eu d’autres rôles importants, on oublie carrément les humains qui se cachent derrière les personnages, puisqu’ils jouent avec une énergie propre aux protagonistes de District 31 et qu’ils nous transportent dans un univers unique.

5. Ça concerne toutes les tranches d’âge

Les intrigues de la quotidienne ne se concentrent pas sur une seule tranche d’âge, puisqu’on parle autant des enfants que des adolescents, des adultes et des personnes âgées. Dans une même demi-heure, on peut autant s’intéresser à un réseau de prostitution juvénile qu’à une situation problématique en Centre pour personnes âgées.

6. L’auteur sait garder les téléspectateurs en haleine

Luc Dionne, l’auteur de la série, entretient une relation très étroite avec son public. Tous les soirs, avant et pendant l’émission, il interagit avec les fans de la série sur Facebook et sur Twitter. Cette proximité permet de fidéliser les téléspectateurs et d’ancrer davantage la série dans le quotidien des québécois.

7. Il y a du bon dans chaque personnage

Autant chez les criminels que chez les victimes, les témoins ou les enquêteurs, ce n’est jamais tout noir ou tout blanc. Il y a toujours des nuances qui font que chaque personnage a une part de bonté en lui. Même ceux qui posent des gestes cruels restent traversés par un faisceau de bonnes intentions. Cette dualité entre le bien et le mal nous amène à nous questionner et à voir le deuxième degré des situations.

8. Ça nous conscientise

Certaines intrigues nous permettent de voir les conséquences qu’un geste banal peut avoir. Par exemple, quand un homme frappe un inconnu pour une place de stationnement, bien qu’il s’agisse simplement d’un petit écart passager, il finit tout de même derrière les barreaux pour meurtre. Même chose pour la jeune fille qui partage une vidéo d’une mineure nue sur internet « juste pour le fun » et qui voit toutes les conséquences que ceci lui apporte. District 31 ouvre ainsi une fenêtre sur un pan auquel nous nous penchons rarement.

9. Le scénario reflète bien la réalité québécoise

Bien qu’il s’agisse de fiction, le scénario fait souvent écho aux situations politiques ou sociales du Québec. Que ce soit avec les magouilles entre la mairie et la police, avec le manque de vigilance dans les maisons de retraités, avec les problèmes de drogue dans les écoles ou avec les horreurs reliées aux enlèvements d’enfants, il s’agit malheureusement, plus souvent qu’autrement, de situations qui nous rappellent l’actualité québécoise.

10. La relation entre Nadine et Patrick est éminemment touchante

District31 TvShow Télévision

J’ai gardé le meilleur pour la fin… NADINE ET PAT! Leur relation nous donne envie de croire au grand amour, celui qui va au-delà de toutes les conventions et qui peut traverser n’importes quelles épreuves. On aime leur ténacité, leur complicité, leur manière de se compléter tout en étant différents, les regards qu’ils s’échangent… ILS SONT CUTES! Et, personnellement, je suis déjà en deuil à l’idée de les perdre dans si peu de temps!

Source de la couverture

2 thoughts on “District 31 : coupable de trop aimer cette émission

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre