Menu

À chacun sa cabane à sucre

C’est enfin le printemps au Québec! Ici, on peut affirmer que « printemps » rime avec « cabane à sucre ». C’est une activité classique québécoise, mais dont la formule n’est pas la même dans tous les foyers. On la pratique en famille, entre amis, même avec des inconnus, dans certains cas. Pour ma part, ça a longtemps été une tradition familiale, puisque nous allions dans une cabane appartenant à un membre de notre famille. J’y ai passé des moments inoubliables en compagnie de mes cousins et de mes cousines à jouer dans la neige brune, à salir nos one-piece fluos (#lesannées90) et à manger de la tire jusqu’à en avoir partout sur la tuque ou dans les cheveux. J’y suis allée pendant un temps entre amis, mais c’est à nouveau avec ma famille que j’y vais depuis quelques années. Toutefois, ma plus mémorable expérience de cabane fut sans hésitation avec des gens que je connaissais à peine, des Français de passage pour un échange musical scolaire. J’avais seize ans et j’ai eu le plus grand des plaisirs à faire découvrir cette tradition à des ados venus du vieux continent. C’est dans ce genre de circonstances que notre fierté et nos racines ressortent le plus. Avec mes camarades de classe, nous avons initié nos nouveaux amis Français à ce rituel printanier dans une toute petite cabane au fond des bois, à manger comme si demain n’existait pas, à danser sur du rigodon jusqu’à temps que le repas soit descendu dans l’estomac et à avoir du gros fun noir à leur apprendre des jurons québécois. J’ai vraiment eu l’impression de transmettre une partie de mon folklore et ça m’a rendue fière. Voilà pourquoi je pense que la cabane à sucre représente pour moi d’abord et avant tout la tradition dans sa forme la plus simple et rustique. C’est aussi pour ça que je fuis systématiquement les grosses cabanes ou celles qui s’éloignent de l’image que j’ai en tête.

souvenir cabane à sucre
Crédit : Guy Beaudet

De nos jours, la tradition se modifie au gré des saisons et il existe des modèles de cabane à sucre pour tous les goûts. Que tu recherches des jeux pour les enfants, des animaux (insolites) de la ferme, de la place pour une famille de 200 personnes, une cabane en plein centre-ville, une cabane végétarienne (oui, ça existe), des produits équitables, un menu sans gluten ou simplement le plus gargantuesque des menus (si tu penses à la Cabane au pied de cochon, tu as raison, mais il faudra te reprendre pour la saison des récoltes à l’automne, car tout est complet depuis décembre dernier pour les sucres), tu vas assurément trouver quelque chose qui répondra à tes attentes. Tu n’as qu’à fouiner un peu sur Internet. Il y a même un site spécialisé dans le répertoire de cabanes à sucre au Québec, selon la région. Tu peux naviguer sur la carte interactive pour visualiser l’emplacement des cabanes (attention, ce ne sont que celles en « vedette » sur la carte). Les régions comprenant le plus de cabanes sont la Montérégie, les Laurentides, Lanaudière et la Mauricie.

décor cabane à sucre
Source

Une autre option : si tu as une envie d’un repas de cabane à sucre, mais que tu veux rester à l’abri des routes bondées (ça peut vite devenir chaotique de s’y rendre par un beau dimanche ensoleillé), invite donc la tradition à la maison. Pour l’avoir fait à plusieurs reprises, c’est très agréable et assez simple. Il suffit de s’y prendre à plusieurs et d’être organisé. Le site Internet de Ricardo (et plusieurs autres) propose une thématique sur l’érable. Il ne te reste plus qu’à choisir de bons produits locaux. Pour les Montréalais, il est désormais possible de se procurer chez Vrac et bocaux du sirop d’érable bio dans des contenants réutilisables en provenance de l’Érablière SirH2O. C’est presque le paradis.

sirop d'érable
Source

Voici, en rafales, mes recommandations si tu vas à la cabane :

  • Mange léger avant d’y aller ;
  • Habille-toi par couches, question de ne pas avoir froid dehors et chaud à l’intérieur ;
  • Ne néglige pas ton choix de bottes et apporte des bas chauds ;
  • Munis-toi d’un appareil photo (ou de ton téléphone), car, s’il fait beau, c’est l’occasion rêvée de prendre de bons clichés (Instagram!) ;
  • Aie de l’argent comptant ; c’est souvent le seul mode de paiement disponible ;
  • Commande des œufs dans le sirop, c’est trop bon, mais souvent servi sur demande seulement ;
  • Visite l’évaporateur et pique une jasette au « bouilleur » concernant la température – tu vas voir, il en aura long à dire.

cabane à sucre
Source

Pour finir, je te laisse sur quelques noms #funky de cabanes à sucre qui m’ont fait sourire :

  • Les Fendilles sucrées ;
  • La Cabane à sucre au milieu des champs ;
  • La Sucrerie le palais gommé ;
  • L’Hermine maître sucrier ;
  • La Sucrerie les deux têtes de cochon.

Bon temps des sucres!

Source

One thought on “À chacun sa cabane à sucre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre