Menu

Sweet Crude : la langue coupée en deux

La première fois que je les ai vus en concert, c’était il y a presque deux ans, aux Îles-de-la-Madeleine, dans le cadre d’une série de spectacles avec pour thématique Musique au coucher du soleil. On invitait des artistes à jouer sur une scène extérieure au coucher du soleil (évidemment), et laissez-moi vous dire que l’expérience était i.n.c.r.o.y.a.b.l.e. : une vibe qui nous fit rêver, mes amis et moi, pendant très longtemps.

Sweet Crude, c’est un groupe originaire de sud de la Louisiane qui est composé de six personnes et qui fait de la musique indie rock depuis un bon bout de temps déjà.

Soucieux de laisser transparaître leurs racines cajuns dans leur musique, ils ont aussi pris la décision d’incorporer le français et l’anglais dans une grande majorité de leurs textes, ce qui donne parfois des paroles très colorées, même si leur sens n’est pas toujours cohérent. Leurs harmonies sont ponctuées de coups de drums qui te donnent juste envie de danser bizarrement, un peu comme Lorde dans ses concerts.

Ce qui m’a le plus impressionné, lorsque je les ai vus en spectacle, c’était l’intensité de leur performance : ils s’amusent sur scène et se foutent complètement d’avoir l’air un peu loufoques. Ils vont sauter partout, rire entre eux, danser et jouer de leurs instruments comme si leurs vies en dépendaient et, sincèrement, je trouve ça charmant. On voit réellement qu’ils ont tous une passion pour leur musique et pour leur culture.

Pour vous expliquer à quel point je les trouve mignons et exceptionnels : ils ont sorti une reprise d’une chanson de Noël, Sleigh Ride, pour le temps des fêtes. Ça n’a pas vraiment rapport avec rien, mais littéralement, n’importe quel artiste que j’aime et qui fait ça, je l’aime encore plus.

(Lana Del Rey, magne-toi de faire une reprise de Mon Beau Sapin, s’il-te-plaît.)

Et, le 26 avril dernier, j’ai eu la chance – et l’immense plaisir – de les revoir à Montréal, au Divan Orange.

C’est dans une ambiance très intime (pas plus de 40 personnes) que le groupe s’est produit avec la même énergie électrisante qu’il l’a fait il y a deux ans. Je n’ai jamais vu un groupe performer avec autant d’enthousiasme et de passion, le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Ce qui est magique, avec eux, c’est que t’as l’impression qu’ils performent pour toi et pas pour personne d’autre.

Leur première partie, Motel Radio, fut aussi une excellente découverte. Puisqu’ils venaient du même coin que Sweet Crude, on a vraiment pu voir une belle énergie et une excellente complicité entre les deux groupes. C’est assez impressionnant de voir à quel point ils se soutiennent et s’admirent mutuellement.

Sweet Crude
Source

L’EP de Motel Radio, Desert Surf Films, est disponible un peu partout et les six chansons exquises qu’il contient ne me donnent qu’une seule envie : partir en roadtrip avec mes amis, dans un endroit où la pluie n’est qu’un concept vague.

Même s’il s’agit d’un des groupes les plus populaires – sinon DU groupe le plus populaire – en Nouvelle-Orléans, leur talent n’est encore qu’émergent au Canada et aux États-Unis. Mais j’ai peine à croire que leurs chansons ne résonneront pas bientôt dans les oreilles de tout le monde.

Ah, et j’oubliais : leur dernier album, Créatures, est sorti le 21 avril dernier. Il comprend onze chansons disponibles sur iTunes, Google Play, Amazon Music, Spotify, etc. et, honnêtement, c’est du bonbon pour les oreilles.
Sweet Crude
Source

Voici les liens vers leurs pages si jamais tu as envie de les suivre de plus près :

Sweet Crude : Facebook et Instagram

Motel Radio : Facebook et Instagram

Source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de