Menu

Je n’ai pas de permis de conduire et on me juge

J’ai 22 ans et demi et je n’ai pas de permis de conduire. Vous avez bien lu. Je pourrais l’avoir depuis 6 ans, et je ne l’ai pas. D’abord, faut comprendre que j’ai déjà commencé les démarches il y a quelques années pour obtenir mon permis. J’ai commencé mes cours de conduite – obligatoires avec la nouvelle loi de 2010 – et j’ai détesté. Et le verbe détester est un verbe bien faible qui n’exprime point la haine que je ressens lorsque je suis derrière un volant.

En fait, c’est plus la peur que la haine. J’haïs ça, conduire. J’ai pas seulement peur de ma conduite, mais j’ai surtout peur de celle des autres. Juste en prenant l’autobus quotidiennement, j’en vois des vertes et des pas mûres sur les routes.

Par contre, j’ai la chance d’habiter dans une grande ville où le transport en commun est accessible à peu près convenablement. À Québec, il y a des centaines d’autobus qui passent quotidiennement. Je suis capable d’aller du point A au point B sans trop de problèmes la plupart du temps, sauf si c’est dans un endroit reculé. Sinon, je marche, je prends le taxi, je quête un lift, etc. Eh oui, des fois je chiale. Parfois, je suis tannée de manquer l’autobus quand il fait -40 degrés Celsius, quand il pleut à verse ou quand j’ai une migraine légendaire qui me donne le goût d’aller chez nous m’écraser sur mon divan.

Mais je ne suis pas prête à renoncer à cette liberté. Parce que oui, selon moi, ne pas avoir de permis — et de voiture, surtout — représente la liberté. Faut dire que c’est cher, un char. L’essence, les plaques, les assurances, le permis, les parkings, alouette.

Par contre, je ne renonce pas au permis de conduire pour la vie. J’ai l’intention de finir mes cours dans quelques années. Lorsque je serai encore plus écœurée de faire le piquet à l’arrêt d’autobus pendant 20 minutes parce qu’elle ne passe pas, quand je trouverai que marcher 2 kilomètres dans une température de froid polaire ça a pas de bon sens.

Mais pour l’instant, j’ai 22 ans et demi. J’ai pas de permis de conduire. On me juge. Pis je m’en fous. Sur ce, je dois aller prendre l’autobus. Pis vite, sinon je vais attendre 59 minutes. Ah pis, me ferais-tu un lift?

Source

One thought on “Je n’ai pas de permis de conduire et on me juge

  1. J’ai 27 ans et j’ai mon permis de conduire depuis février cette année. On me jugeait, pas méchamment, plutôt de façon taquine, mais on le faisait quand même, comme si c’était obligatoire d’avoir ce bout de papier entre les mains.

    J’habite Québec aussi et avant de vivre à Lac St-Charles (se référer au terme  »endroit reculé » dans ton texte ;)), jamais je n’ai ressenti le besoin de conduire une voiture. Je vivais très bien avec les autobus, même si comme toi, je pestais souvent contre la température et les horaires qui n’étaient pas toujours respectés. Mais même encore là… Avoir une voiture apporter son lot de  »pestage » aussi ! Juste hier, j’étais prise dans le traffic à Charlesbourg, et unE joyeusE 801 est passéE à mes côtés dans la voie réservée. Si j’avais été dans cetTE autobus, je serais arrivée à temps à mon rendez-vous, mais en voiture, je suis arrivée en retard !

    Ceci étant dit, je ne regrette aucunement mon moove d’avoir maintenant permis & voiture, puisqu’à mon âge je crois avoir fait ma part dans les transports en commun, mais je ne me dis jamais que j’aurai donc dû faire ça avant.

    Il faut simplement se dire que la vie n’est pas tracée de la même façon pour tout le monde, et la capacité d’adaptation à certaines situations non plus. Le stress de conduire peut être énorme pour quelqu’un, tandis que pour un autre, le stress de manquer l’autobus est bien plus grand !

    Faut s’assumer dans’vie 😉

    (P.S. J’ai bien accordé le mot autobus au féminin, vous excuserez l’habitante de Québec :P)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de