Menu

Voyager pour les angoissés

Pendant une semaine, mes respirations étaient courtes et rapides. Mon cœur pouvait faire trois tours à tout moment. La faim se faisait de moins en moins sentir et ma digestion se portait plutôt mal. Je n’avais qu’une seule envie : pleurer. Vous pourriez peut-être penser que j’étais en train de vivre un terrible drame… Eh bien non ! Je m’apprêtais simplement à prendre l’avion pour la première fois. J’osais quitter mon bunker l’instant de quelques jours pour pouvoir aller explorer d’autres horizons. Moi qui ai peur des foules, des hauteurs, de l’inconnu. À la base, je trouvais que c’était une façon géniale de dépasser mes limites ! Mais plus le deadline approchait, moins j’étais à l’aise avec ma décision. Et moins je sentais que j’allais y arriver. Ça faisait beaucoup de peurs à affronter en même temps. Beaucoup de nouvelles choses à assimiler.

Après avoir choké au moins vingt fois dans ma tête, j’y suis allée. Mais je n’aurais probablement jamais fait le move de même m’acheter un billet d’avion si je n’avais pas eu certains outils en ma possession pour m’aider à gérer (tant bien que mal !) mon anxiété. Les voici en cinq trucs.

1. Partir avec des gens ayant déjà voyagé

Pour calmer les angoisses reliées à la planification du voyage, à la logistique des aéroports ou simplement pour ne pas se sentir totalement seul et dépaysé au beau milieu d’un autre pays, s’entourer de gens qui n’en sont pas à leur premier vol peut faire une grande différence. Non seulement ils apportent une présence rassurante, mais les inquiétudes se voient diminuer en importance, puisqu’elles sont partagées avec plusieurs autres personnes et non vécues seules.

2. Se tenir occupé

Les pires ennemis de l’angoisse sont certainement les temps morts, ceux où nous avons trop de temps pour penser. Faire une liste, plus longue que pas assez, d’activités à faire, de coins à explorer, de restaurants à tester va aider le cerveau à se concentrer uniquement sur le plan de match de la journée et non sur toutes les petites anicroches qui pourraient facilement faire surface et gâcher le voyage.

3. Commencer par de courts séjours

Pour les gens qui, comme moi, ont vraiment de la difficulté à dormir ailleurs que dans leur propre lit, partir simplement quelques jours à la fois peut grandement contribuer à rendre la situation moins difficile pour la fatigue et tout ce que cette dernière engendre par la suite. Et plus on se sent à l’aise avec les différentes étapes d’un voyage, plus on peut en augmenter sa durée.

4. Se créer des points de repère

Afin de faciliter les moments de transition d’une journée ou simplement pour tenter d’apaiser l’ennui et la peur de l’inconnu, je suggère fortement de continuer d’appliquer certaines routines ou certains rituels faits à la maison, ce qui va créer des points de repère et renforcer le sentiment de sécurité. Le même principe peut être réalisé en apportant des objets ayant une valeur sentimentale dans notre valise.

5. Se donner le droit à l’imperfection

Peut-être que, malgré toutes les précautions prises, les angoisses vont quand même finir par surgir d’elles-mêmes. Mais c’est loin d’être grave ! Il faut d’abord et avant tout accepter qu’elles soient là pour pouvoir les vivre convenablement. Il faut savoir également se pardonner de ne pas être le voyageur parfait du premier coup, car, de toute façon, ce n’est pas avec un seul voyage que l’on peut réellement atteindre ce genre d’objectif. Voyager, c’est se dépayser. Et se dépayser signifie faire face à énormément de nouvelles réalités, ce qui entraîne beaucoup de changements.

Bref, le fait d’accepter que nos voyages puissent être constitués de hauts et de bas rendra le moment présent plus facile à vivre et l’expérience sera d’autant plus agréable !

Mais, croyez-moi, malgré toutes les peurs possibles et inimaginables, vous ne regretterez jamais d’être partis une fois revenus.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de