Menu

L’enfance sans le câble

Ça m’arrive souvent de parler des émissions de quand on était petits avec des amis, pour finalement me rendre compte que j’ai pas vraiment les mêmes souvenirs que les autres. Dans ma famille, on écoutait les Simpson en revenant de l’école, des fois Dragonball à genre 6 h du mat quand on était ben lève-tôt, pis le vieux monsieur qui faisait des bricolages au poste anglais. Les samedis matins, j’étais aux anges parce que c’était Les chatouilles pis Bouledogue bazar. Mais autrement, la télé était pas full garnie d’émissions mettons… On s’arrangeait en enregistrant tous les ciné-cadeaux, pis c’était comme Noël à l’année quand on les écoutait sur nos vieux VHS. Ya aussi eu Pokémon, mais ça, c’était beaucoup plus tard.

Le fait de pas avoir eu le câble a eu des avantages sur l’enfant que j’étais, je pense. On écoutait beaucoup les nouvelles à Radio-Can, je trouvais ça assez captivant de voir le Monde dans ma télé. J’ai aussi grandi en écoutant des films de répertoire à Télé-Québec. Pis ça, c’est dans les meilleures choses qui me sont arrivées. Genre les soirs, je sortais pas avec mes amis du secondaire, j’étais une geek de films, je restais dans le sous-sol de la maison familiale, à écouter les soirées cinématographiques. Chaque fois qui avait une scène de sexe, je baissais le son à 2 en espérant que mes parents comprennent pas que j’écoutais genre Tous les matins du monde, ou Amours Chiennes.  J’ai vécu mes premiers élans amoureux devant les films de Pedro Almodovar, de Léa Pool ou de François Ozon. Je me suis mise à aller au club vidéo Éclair presque chaque semaine, pour louer deux films que je prenais dans la petite section de cinéma international.

Dans le fond, pas avoir le câble a pas fait que j’écoutais moins la télé, mais je me suis juste mis à l’écouter mieux. Je me suis familiarisée avec des réalisateurs primés, en délaissant les sh*ts bas de gamme qui passaient à TQS. Un moment, on a enfin eu Artv pis le canal Évasion. Après ça, je pouvais mourir avec ma télé en paix.

Depuis que je suis en appart, j’ai jamais eu de télé. Pas vraiment besoin, vu que ça a été remplacé par le streaming. Je suis abonnée à Netflix sur le vieux compte de mon ex, pis j’écoutais Tou.tv avant que toutes les choses intéressantes deviennent payantes. Autrement, je « streame » beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de séries pour le temps que je devrais passer à faire autre chose, genre de la lecture. Je m’ennuie un peu du temps où fallait que je marche pour aller chercher un film. L’accessibilité m’a rendue paresseuse, pis ça fait que des fois, j’écoute des affaires dont j’aurais pu me passer, au lieu d’aller au cinéma (à pieds).

Je suis rendue une véritable « couch-potato ». Mais qui sait, ça aurait peut-être pu être pire si j’avais passé mon enfance devant Mixmania, ha ha!

***

Crédit dessin de couverture Kaël Mercader

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de