Menu

Savourer les « temps » au maximum

Le printemps est beau pour plusieurs raisons. Y a le soleil et les terrasses, on le sait, mais c’est aussi le moment de l’année où tout s’éveille et où nos papilles s’excitent parce que les « temps » font leurs comebacks. Le « temps » du crabe, le « temps » du homard, le « temps » des asperges, le « temps » des fraises, des framboises, des bleuets, etc.

On l’aime, notre pays d’hiver, mais on l’aime aussi quand il nous offre autre chose à manger que des légumes racines et des choux. Ça nous fait certes de bonnes soupes qui réchauffent l’âme pendant les grands froids, mais quel bonheur que de renouer avec son fruit préféré lorsqu’enfin arrive l’été.

De plus en plus, on tend à consommer des produits frais et locaux. L’écart entre le producteur et le consommateur se rétrécit. On veut savoir qui fait pousser nos carottes et comment sont traitées nos tomates avant d’atterrir dans nos assiettes. Nous sommes de plus en plus conscientisés à l’importance de consommer des produits de saison, qui ont plus de chance d’être cultivés localement. Mettons que la fraise du mois de janvier risque d’avoir fait plus de chemin pour se rendre jusqu’à nous que celle du mois de juin.

Que tu sois débutant ou expert dans l’art de bien garnir ton assiette, voici quelques trucs pour passer à un autre niveau.

  1. Étudie ton calendrier

Ce n’est pas tout le monde qui a grandi sur une ferme. Pas toujours facile de savoir quoi pousse quand. Équiterre propose un calendrier simple mais efficace de la disponibilité des fruits et légumes les plus courants. Il est aussi possible de suivre ses producteurs et commerces préférés sur les médias sociaux pour connaître leurs arrivages.

  1. Choisis tes commerces

Certains commerces mettent plus en valeur les produits locaux que d’autres. À l’épicerie, tu peux surveiller la provenance de tes aliments. Si ce sont toujours les produits de la Californie qui sont en spécial, change d’épicerie. Pour moi, les meilleurs endroits pour trouver des produits frais de saison à Québec sont, entre autres :

  • Marché du Vieux-Port;
  • Accommodation Bio (2e avenue);
  • Crac, aliments sains (rue St-Jean).
  1. Trouve-toi un fermier de famille

Le concept des fermiers de famille, c’est tout simplement génial. Non seulement ça nous rapproche de la terre et de ses artisans, mais ça nous fait aussi découvrir des produits qu’on n’aurait peut-être pas achetés à l’épicerie. Pour trouver un point de chute dans ton quartier, c’est par ici!

  1. Essaie l’auto-récolte

Il y a quelque chose de vraiment satisfaisant du fait de récolter soi-même ce que l’on mange, que ce soit par la chasse, la pêche ou par l’auto-récolte commerciale ou sauvage. Vous n’avez jamais trouvé que les fraises ou les pommes que vous aviez cueillies vous-mêmes étaient meilleures que celles du marché? C’est la petite dose d’amour que vous y avez mis qui goûte ça. La forêt a aussi beaucoup à nous offrir : têtes de violon, ail des bois, champignons, plantes aromatiques, etc.

  1. Mets-toi au jardinage

Ce qui goûte encore meilleur que ce que tu as récolté toi-même, c’est ce que tu as fait pousser toi-même. L’agriculture urbaine est plus en vogue que jamais. Vous pouvez rentabiliser vos espaces extérieurs ou vous trouver un espace dans un jardin communautaire.

Je te laisse sur cette divertissante prestation de Capitaine Dandelion Mc Farmer. Rien d’autre à dire.

Photo de couverture : source

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de