Menu

La saison des mélomanes, des festivals

Chez-soi. Home.

Un concept dont les nostalgiques parlent souvent. Utilisé dans les chansons, dans les poèmes, au cinéma. On n’est jamais mieux que chez soi.

Mon chez-moi à moi, il est un peu original. Mon chez-moi se retrouve sans toit. Dans un grand lieu avec des milliers d’inconnus. Mon chez-moi, c’est au milieu d’une foule, coincée entre d’autres individus.

L’été se fait sentir. Et qui dit été dit la période que j’aime le plus au monde. La période des festivals. La période où la raison prend ses vacances et laisse la spontanéité s’occuper du bureau.

Entre vous et moi, y’a de quoi de franchement poétique dans ces belles soirées-là. Prenons le temps d’y réfléchir. Nous voilà, des milliers de personnes de plein d’univers différents. Des notaires, des professeurs, des comptables, des menuisiers. On est tous là, piqués devant 3 à 5 personnes à chanter à tue-tête, comme si notre vie en dépendait. On est tous là, en break de notre vie quotidienne. On a tous tourné notre switch à off en se promettant d’être vivant. On est tous là à accepter que, pour l’instant, nous ne sommes plus individus mais bien groupe. Pendant ces belles nuits, les étoiles décident d’être contagieuses et de s’inviter dans nos yeux. Comme si la partition se déplaçait dans l’univers puis qu’on était chacune de ses notes et qu’ensemble on formait notre mélodie préférée.

J’en ai vécu des shows. J’en ai vécu qui brassaient. J’en ai vu des électroniques, des émouvants, des mêlants. Chacun d’eux vient déguiser sa foule. Ils font naître des émotions, des souvenirs qui viennent nous visiter instantanément ou qui viendront nous taquiner quelques spectacles plus loin.

Toutes ces représentations, c’est de l’émotion brute.

Regarde autour de toi.

Imprègne-toi de la personne qui danse n’importe comment avec les bras dans les airs. Siphonne sa folie pis sa spontanéité. Si quelqu’un pleure devant une chanson, capture cette image-là puis garde-la dans ta p’tite poche pour les moments moins roses. Inspire-toi de la gentillesse de la personne qui te demande si elle te cache. Trempe-toi dans la vague d’hystérie des fans finis.

Fais-moi plaisir et cet été débarque dans des festivals. Même si tu ne connais pas les artistes, même si tu n’y es pas habitué. Si tu habites loin, pogne ton auto pis tape-toi un road trip. Ça ne fera qu’une histoire de plus à raconter.

Prends une pause et va vider ta tête pour la remplir d’inspiration.

Photo de couverture : Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre