Menu

Des vacances pour les enfants

Les enfants qui n’ont pas de vacances : une situation désolante qui fait rager beaucoup d’éducatrices et qui suscite l’incompréhension de toutes. Vous pensez qu’apprendre par le jeu, c’est facile ? Que les enfants préfèrent être à la garderie plutôt que de passer du temps de qualité avec leurs parents ? Qu’il est sain de leur imposer un mode de vie aussi intense et effréné que celui d’un adulte ? Si tel est le cas, et bien, vous avez tout faux.

Nous sommes rendus à une période de l’année où la fatigue prend de plus en plus de place. Où le besoin de repos se fait de plus en plus sentir. Où l’envie de décrocher est plus que présente. Alors que l’on s’est donné corps et âme au travail durant les derniers mois, on a envie de se recentrer sur soi l’instant de quelques semaines. Et c’est plus que normal ! Si nous, qui pratiquons les mêmes genres de tâches chaque jour, finissons par avoir besoin de décrocher, imaginez comment nos tout-petits, qui apprennent la vie à partir de rien, peuvent être exténués. Ils apprennent à se mouvoir, à parler, à manipuler des objets, à partager… n’est-ce pas une bonne idée que de leur donner au moins quelques jours de répit durant l’année ?

Il vient un temps où les enfants sont saturés. En fatigue. En apprentissage. Impossible alors de leur enseigner quoi que ce soit de nouveau. Il semblerait également que les progrès accomplis jusqu’ici ne comptent plus. Alors on répète. Beaucoup. On gère des crises qu’on n’avait pas à gérer avant. On se fait casser les oreilles par des dizaines de lamentations durant la même journée. On essaie de limiter les dégâts. Survivre jusqu’à nos vacances à nous. Et c’est normal.

Les enfants qui ne prennent aucune vacances finissent par ne plus être que l’ombre d’eux-mêmes. Un tantinet détestables. Et pendant que leurs parents s’inquiètent et cherchent une façon de les réprimander pour leurs comportements inhabituels, ils ne se concentrent pas sur l’essentiel. Ils ne semblent pas réaliser que, par manque de ressources, leur progéniture essaie simplement d’exprimer son épuisement. Dire à leurs parents qu’ils ne sont plus capables, qu’ils ont besoin d’une pause ! Comme eux. Recharger leurs batteries. Prendre le temps de vivre un peu.

Laissons les enfants être des enfants, sans leur imposer un mode de vie effréné tout le temps. Les laisser jouer dehors jusqu’à ce qu’il fasse noir. Faire la grasse matinée jusqu’à tard le lendemain. N’avoir aucune restriction d’horaire, au moins quelques semaines durant.

Parce qu’on ne veut pas que nos enfants souffrent d’un burnout à deux ans.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de