Menu

Ces questions sans réponse

Des jours, des mois, des années – c’est le temps qu’on peut passer à se poser des questions sans avoir de réponse. Des questions qu’on va revirer de tous les bords, dans tous les angles, pis qui n’auront jamais de sens, jamais d’osti de sens.

Pourquoi moi, pourquoi je n’ai plus de ses nouvelles, qu’est-ce que j’ai fait, qu’est-ce qui s’en vient, est-ce qu’il va revenir, comment puis-je me faire pardonner, est-ce qu’on devrait essayer, est-ce que c’est correct ce que l’on fait? Est-ce-que, pourquoi, comment – toujours, et à répétition.

De la frustration, des tracas, de la culpabilité, de la tristesse… En veux-tu des sentiments négatifs? En voilà.

Les questions sans réponses sont frustrantes, nocives, et causent une tonne de tourments si nous n’abandonnons pas – t’as bien lu, je ne dirai pas « abandonne » 50 fois dans mon existence, mais là, dans le cas des questions qui n’auront pas de résolution, c’est plus que nécessaire. Crée-toi une réponse au besoin, et passe à autre chose. Ton existence veut dire beaucoup plus que la réponse que tu cherches, que tu attends, qui ne viendra pas.

Je sais. C’est facile de dire qu’il faut laisser aller, que les réponses n’existent pas toujours, que le temps arrange les choses, que non ce n’est pas de notre faute, qu’il faut apprendre à vivre en paix dans l’ignorance, que les réponses font parfois plus de mal que de bien. Que de s’inventer une réponse peut parfois aider à passer à autre chose plus facilement. C’est vraiment facile de se dire ou de dire toutes ces choses-là, mais qu’en est-il de les mettre en application? C’est littéralement impossible.

C’est impossible, puisque, en tant qu’humain, l’ignorance nous rend fous et l’attente tout autant, particulièrement dans le cas où la réponse peut changer une facette importante de notre existence. On passe notre temps à s’imaginer des réponses, des scénarios, des discussions, à rejouer des scènes dans notre tête de ce qu’on aurait donc dû dire ou faire, de ce qui devrait être différent, parce qu’on n’arrive pas à laisser les choses être comme elles sont. On croit constamment qu’elles devraient être autrement, être mieux – qu’ON aurait dû être autrement, être mieux.

Heureusement, malgré le lot de déceptions entourant les incompréhensions, vient une croissance inévitable. Il est impossible de vivre l’incompréhension et la quête d’une réponse, d’un sens, sans en sortir grandi, changé, plus conscient.

Toutes les questions que l’on se pose, l’énergie et le temps qu’on y investit, ne peuvent être, à long terme, que bénéfiques et instructives. Nous avons la chance d’être ensuite davantage conscients de la valeur d’une réponse, de la valeur de l’honnêteté et du courage qu’il faut pour étaler nos propres réponses quand vient le temps d’en donner aux autres.

Combien de fois a-t-on, à notre tour, laissé quelqu’un dans l’incompréhension? Sans nouvelles, ou avec des phrases du genre « ce n’est pas toi, c’est moi », ou encore « je ne sais pas comment te l’expliquer ». Pour plusieurs, probablement, le courage venait à manquer alors que les mots se faisaient carrément absents. On préfère le silence plutôt que de se mettre les pieds dans les plats, plutôt que de s’étirer dans une grande discussion qui pourrait donner un tout autre sens que celui que nous avons trouvé et que nous n’arrivons pas à exhiber au grand jour.

C’est là-dessus que je travaille cette année : laissez les gens me laisser dans l’ignorance s’ils le veulent, alors que, moi, j’apprends à ne plus le faire, à assumer ce dans quoi je m’investis, à assumer que si je commence quelque chose, je le finis – en beauté, en réponses.

Je travaille sur moi et j’apprends que si les autres me laissent sans réponse, c’est que leur réponse est pour eux-mêmes insuffisante, insatisfaisante. Parce que quand quelque chose nous satisfait, il n’y a aucune bonne raison de le cacher et de ne pas l’assumer.

Couverture : source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de