Menu

Fierté végétalienne

Attention, ici mon histoire part fort. L’autre jour, je suis allée chez McDonald avec une amie et je lui ai dit que je n’allais rien commander parce que j’étais végétalienne. BOOM! la bombe, toi! À ce moment-là, elle me juge clairement. Un silence s’installe. Le silence que les gens ont quand ils ne comprennent pas. Quelques minutes plus tard, elle me gosse un peu pour que je prenne un trio, elle finit vite par laisser faire et on part s’asseoir avec sa commande. C’est à ce moment qu’elle me dit : « Moi, les Végés qui s’assument trop, qui polluent Facebook, qui portent des chandails sur le sujet et qui décrochent pas, ça me tape sur les nerfs ben raide. » J’ai ben beau pas être une végétalienne gossante (selon moi), ce commentaire-là m’a quand même saisie. Parce qu’être végétalienne, pour moi, c’est une fierté. Je ne le crie peut-être pas sur tous les toits, mais je comprends un peu ceux qui le font.

Malgré le fait que je ne suis pas en train de parler de ça 24 heures sur 24, devenir végétalienne a quand même changé ma vie. Tu vas me dire que c’est pas mal cliché, mais je te jure que c’est vrai parce qu’être végétalien, souvent, ce n’est  pas juste une question d’alimentation, c’est un mode de vie. Mais comme je  ne veux pas généraliser, je vais parler pour moi. Je vais expliquer pourquoi, MOI, je suis fière de l’être.

Devenir végétalienne m’a permis de m’affirmer, parce que j’ai dû expliquer mes convictions à tout le monde, j’ai dû m’obstiner avec chaque personne avec qui je mangeais un repas. J’ai dû apprendre à être sûre de moi pour faire passer mes messages, apprendre à entendre le discours des autres sans les juger et accepter que leur réalité est aussi vraie que la mienne. C’est juste la perception sur le sujet qui est différente.

En lien avec ceci, je me suis aussi informée sur plusieurs de nos enjeux environnementaux. Parce que ce genre d’alimentation, ça t’ouvre les yeux sur toutes nos pratiques qui ne sont pas écologiques. Maintenant, je traine toujours des ustensiles, une bouteille et des sacs réutilisables dans mon sac. J’essaie d’acheter des produits qui sont locaux, recyclés ou inoffensifs pour l’environnement. Je privilégie la réutilisation et j’essaie d’éviter la surconsommation. Toutes mes pratiques ont changé, mais aussi toute ma façon de consommer.  Maintenant, je m’informe vraiment sur les produits que j’achète, de ce qui concerne la provenance, les bienfaits, et l’impact écologique.

En plus, j’ai une compassion envers les animaux qui est omniprésente. Je me sens beaucoup plus connectée avec chaque être vivant. Je n’ai plus envie de privilégier une race au lieu d’une autre. La cause animale me tient maintenant à coeur et je suis conscientisée à la cruauté animale et au taux d’abandon d’animaux alarmant du Québec. Ce facteur m’a rendu beaucoup plus empathique. Ces nouvelles valeurs m’ont  donné envie d’aider les animaux et même les humains. Ça m’a donné envie d’aider ceux qui ont moins de chance. Envie d’aider ceux qui en ont vraiment besoin.

Pour finir, je vais éviter de dire que ce mode de vie est meilleur pour la santé, parce que le débat pourrait être long. Pour ma part, c’est vrai que, grâce à mon alimentation, je fais beaucoup plus attention à ma santé. En changeant mon alimentation, je me suis mise à me sentir mieux, plus légère. Ce qui m’a conduite à me renseigner sur les comportements de vie sains et actifs. Je me suis mise à faire plus de sport, à donner beaucoup plus d’importance à ma santé et à manger beaucoup mieux. Attention, je ne dis pas que ce type de régime est pour tout le monde. Chaque personne est différente et ce qui marche pour moi ne fonctionnera peut-être pas pour un autre, mais dans mon cas, c’est ce qui fonctionne le plus efficacement.

Être végétalienne, pour moi, ce n’est pas juste en lien avec ce qu’il y a dans mon assiette, ce sont mes valeurs qui se concrétisent par mes actions grâce à chaque geste que je pose. Je suis fière de l’être, fière d’avoir développé mon caractère et mes valeurs. Fière de faire une différence chaque jour. Fière de faire attention à ma santé et attention au monde qui nous entoure et aux êtres qui y habitent. Alors, oui, je comprends les végétaliens fatigants avec leurs chandails et leurs publications Facebook. Je les comprends, parce qu’avoir un chandail sur lequel il est écrit « Vegan », c’est se sentir fier d’appartenir à un monde qui vous ouvre les yeux sur plusieurs enjeux, qui vous aide à vous développer en tant que personne et qui vous accepte dans une communauté bienveillante. Crois-moi, je vais finir par aller m’acheter un t-shirt, moi !

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de