Menu

La théorie de la « bonne personne pour soi »

Il y a des phrases comme ça. Toutes faites d’avance, un peu comme de la bouffe congelée en restauration rapide. Il y a des phrases comme ça qui servent à dépanner quand tu ne sais plus quoi dire pour consoler quelqu’un. Il y a des phrases toutes faites d’avance comme « ce n’était pas la bonne personne pour toi » qui te poussent vers la définition encyclopédique officielle de la théorie de « la bonne personne pour soi ». Existe-t-elle vraiment?

À quel moment une personne devient officiellement LA BONNE pour nous? Et à quel moment exact elle ne l’est plus? Je veux dire, est-ce qu’il y a vraiment UNE SEULE personne faite pour nous dans toute l’humanité actuelle? Et si la bonne personne pour soi avait vécu au mauvais moment et que le seul facteur temporel empêchait toute liaison possible? J’ai longtemps cru à cette théorie parce que c’était facile. Plus facile du moins. À défaut d’avoir la personne que je voulais, je me résignais à croire qu’il y avait quelqu’un, quelque part, qui occupait la place de la bonne personne pour moi.

Puis lentement, je me suis questionnée sur cette incroyable personne dont tout le monde me parlait. Si chaque fois je pensais l’avoir trouvée, peut-être était-ce parce qu’elles l’étaient toutes? Et si chaque être qu’on rencontre au cours d’une vie était le bon pour nous à un temps donné et très précis? Et si chaque rencontre servait à quelque chose, à nous aider à devenir quelque chose d’autre, à nous mener vers quelque chose d’autre? Parce qu’après tout, tout est éphémère et les fins font place à de nouveaux débuts qui feront place à d’autres fins, ainsi va la vie.

Et si chaque personne était la bonne? Ce serait peut-être plus facile de laisser partir.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de