Menu

Pour ceux qui ne savent pas encore où ils s’en vont

Tu connais ce moment où plus rien dans ta vie ne te semble faire du sens? Des minutes ou des heures remplies de doutes pendant lesquelles la seule question qui te vient en tête est : « À quoi bon ? »

Moi, je les connais bien, ils ont peuplé mon adolescence et le début de mon âge adulte, viennent encore parfois me hanter et je doute fort qu’ils s’en aillent complètement un jour.

Nous sommes tous plus ou moins enclins à ce genre de remise en question qui nous pousse à interroger tous les aspects de notre vie comme un grand bordel incohérent, qui provoque ce vide malaisant à l’intérieur de nous, ce foutu brouillard qui paraît parfois tellement opaque.

Mais n’aie crainte, toi, derrière ton écran, car ces moments ne sont pas l’essence de ta vie. Ils sont la preuve que tu es capable d’adopter un regard critique sur les choses, de voir d’un œil acéré les composantes de ta vie et de ton environnement, qui t’encouragent vers un changement positif te menant au bien-être.

Qu’il s’agisse de tracas professionnels, de soucis de santé, d’une tristesse passagère ou chronique, de troubles amoureux, de galères financières, aucun de ces éléments seuls ne peut à priori te rendre malheureux/se. C’est plutôt le fait de prendre trop au sérieux ces différents facteurs qui te plonge dans le désarroi, et ce satané sentiment d’impuissance survient quand tu tiens tes émotions négatives pour acquises, qu’elles vont venir t’assaillir sans pitié aucune.

Et si ne pas savoir où tu vas est pour toi une source d’angoisse, n’aie pas peur non plus, car finalement, es-tu sûr de ce qu’il y a pour toi au bout de cette route que tu t’es tracée tout/e seul/e ?

J’aurai tendance à préférer l’idée d’un bien-être immédiat, acquis au fil des minutes de chaque journée au cours desquelles notre devoir principal est bel et bien celui de nous épanouir. Quel autre objectif est plus important que celui d’être heureux?

Bien des chemins différents nous mènent à ce stade d’acceptation du quotidien, à la réalisation de la chance que nous avons d’être là, simplement vivant parmi ces milliards d’autres entités qui respirent autour de nous.

En ce sens, par le fait même de notre humanité, nous avons la capacité intrinsèque de réfléchir sur notre bonheur et de matérialiser ce qui nous permet d’y accéder. Savoir ce qui nous rend heureux est un privilège, c’est une force à ne pas laisser s’échapper dans la quête du bien-être.

Cela commence par des petites choses de tous les jours : qu’est ce qui te fait sourire first thing in the morning? Qu’est-ce qui te faire rire à gorge déployée? Qu’est-ce qui te fait ressentir un sentiment de paix absolue?

Puis, cela peut aller vers des prérogatives plus sérieuses de ta vie : est-ce que je suis heureux/se dans mes études? Cet emploi m’épanouit-il ou au contraire me rend-il maussade? Quels sont les moyens me permettant d’accéder à mes objectifs?

Enfin, de manière plus essentielle, il faut se poser des questions à hauteur d’humain. Où vais-je chercher ma joie? D’où vient ma tristesse? Qu’est-ce qui me met autant en colère?

Si tu peux répondre à ces questions-là, alors tu as les clefs de ta propre liberté, car tu es seul maître de ton chemin. Sauf exception, les liens qui te rattachent à la société et aux codes auxquels peut-être tu adhères inconsciemment sont fragiles et, surtout, ils sont invisibles. Il est de ton ressort de faire en sorte qu’ils n’existent plus dans ta trajectoire personnelle. Tu as le droit de créer tes propres règles, tes propres lois, tes propres idées, et tes envies plus que tout sont tiennes.

Être soi-même est sans nul doute l’une des activités les plus géniales qui nous est donnée de vivre. Évoluer dans l’espace et interagir avec les autres dans le plus pur sentiment d’honnêteté ne pourra t’apporter qu’une meilleure estime de toi et une meilleure communication avec ceux qui t’entourent et t’aiment. Ce point est souvent sous-estimé dans le parcours classique de l’être humain. Il semble parfois que la réussite soit plus valorisée que la vie en soi, que le statut est ta gold card pour le paradis. Je n’en suis pas sûre et j’encourage le monde à questionner ce mythe, car il est l’un des plus destructeurs de nos modes de pensées contemporains.

Moi, je dis, fais ta vie; ton voisin s’en fout et personne n’a rien à dire de tes choix tant qu’ils te sont bénéfiques et n’enlèvent rien à personne.

Alors, je réitère, n’aie pas peur de tes ambitions, quelles qu’elles soient. Ne fuis pas ton bonheur parce qu’il te semble hors de portée. La porte qui te donne accès à un monde plus grand et plus libre est déjà déverrouillée, tu n’as plus qu’à la pousser un peu pour qu’elle s’ouvre à toi.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre