Menu

Ces tempêtes dont tu es l’auteur

Ça m’a seulement frappé ce matin quand je me suis réveillé et que ton corps chaud manquait, juste à côté de moi. Au début, je me suis dit quelque chose d’un peu stupide, du genre : « Ah, il doit être en train de déjeuner. » Ou encore « Il est aux toilettes. »

Pourtant, les minutes passaient et tu revenais pas.

Ça m’a frappé, justement, parce que tu revenais pas.

T’es parti hier soir, pis tu reviendras pas.

Pis là, les souvenirs m’ont assailli. Toutes nos dates, nos soupers, nos rires, nos verres de trop, nos petits secrets, nos échecs, nos réussites, nos rêves… Bref, tout.

On marchait quand il s’est mis à pleuvoir
On s’est réfugiés sous une arche dans le Vieux
C’était un moment parfait,
Pis je m’en veux encore de pas avoir tenté de t’embrasser

Hier soir, trop pris dans notre engueulade, je crois que les mots m’ont échappé. J’en ai trop dit ou, justement, pas assez?

Je sais plus.

J’ai pas tout compris ce que tu voulais dire, on s’est probablement mal exprimés et, au final, c’est toi qui m’as échappé. C’était pas notre première engueulade, mais c’était la première fois que ça dérapait à ce point.

J’ai déchiré toutes nos photos, sur le coup de la colère pis, à moins que je me découvre des talents d’homme à tout faire, mon mur de cuisine gardera la marque de ton poing pendant longtemps. J’ai  un peu pleuré, pis t’as ri pour faire comme si t’avais pas de peine. T’as cassé une tasse en partant. Ma préférée. Mais tu t’en fous, j’imagine.

J’ai repensé à toi,
L’autre jour,
Et mes os se sont brisés sous le poids de mon chagrin
.

J’étais tellement fragile, à la base. Quand t’es venu dans ma vie, plein de belles promesses, j’ai sincèrement cru pendant un instant que tu étais celui qui saurait me rendre meilleur.

Boy, was I stupid.

C’est quoi, tu voulais juste me prouver à quel point t’avais de l’emprise sur moi?

Bravo champion, mission accomplie! Contrairement à ce que je pensais, tu m’as jamais rendu meilleur. Tu m’as juste fait faire semblant d’aimer des trucs que j’aimais pas ; tu m’as rendu un peu plus comme toi.

Pis, au fond, je t’ai jamais aimé tant que ça, malheureusement. Je t’ai jamais aimé tant que ça pis, c’est ça qui est frustrant, parce que ton absence m’incommode. J’étais habitué à ta présence, faut croire?

Je sais pas, faut bien essayer de se convaincre qu’on est plus fort que ce qu’on est réellement.

Je voulais pas que tu entres dans ma vie.
J’étais pas prêt, mais tu t’es imposé pis je t’ai laissé.
Quand t’es parti, en claquant la porte comme un con,
T’as eu le culot de me dire que c’était ma faute.

Comme si j’avais cherché à ce que tu t’entiches de moi et que tu te donnes comme mission de me faire tomber. Au début, c’était juste une blind date qui me tentait pas du tout.

T’es parti hier soir, pis tu reviendras pas.

L’espace vide dans mon lit devra être comblé par des parfaits inconnus qui, le temps d’une nuit, prendront ta place.

Mais les matins seront toujours aussi vides de présence.

Comme quoi « toujours » ne veut pas toujours dire toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre