Menu

Comment survivre à une surcharge de travail

Tu assistes à ta troisième réunion de la journée. Ton cerveau black out. Il se pitche par la fenêtre et tu as le goût de sauter avec lui. Trop d’informations. Trop de tâches sur ta to-do list. Trop, trop, trop.

Ça te donne constamment une boule dans l’estomac. L’impression que la montagne est trop haute. Que les objectifs sont inatteignables. Tu te demandes pourquoi vous n’êtes pas 25 à faire ta job.

Tu veux faire le 911, envoyer des signaux de fumée, écrire SOS avec des roches dans le sable. Tu cries à l’aide.

Mais, CAL-ME-TOI! Tout va bien aller.

Quand tu as l’impression que ta tête quitte le sol telle une montgolfière, respire un bon coup et relis ceci.

  1. Prépare ton corps à la guerre

Pour affronter la tempête, tu auras besoin de toute ta force. Jamais, au grand jamais, tu ne devras négliger sommeil, alimentation et activité physique. De bonnes habitudes de vie t’aideront à garder le cap. Même si c’est là qu’on a tendance à couper en premier, résiste! Tes meilleures armes pour affronter le quotidien seront : 7 heures de sommeil, un shitload de légumes verts et un petit 30 minutes d’activité physique par jour.

  1. Fais du ménage dans tes priorités

Faire des choix. Pas facile, mais essentiel à ta survie quand tu es dans le jus. Si ton calendrier social affiche complet jusqu’en 2018, tu risques de dealer pas mal moins bien avec ta surcharge de travail. Essaie de libérer quelques soirées de semaine. Le fait d’avoir des activités de prévues tous les soirs de la semaine te contraint à quitter le bureau à une heure précise et entretient un climat de stress qui nuit à ta productivité. Essaie aussi de te prévoir une journée de repos/préparation la fin de semaine. Bloque ton dimanche pour aller respirer un peu d’air frais et pour préparer ta semaine (repas, lavage, ménage). Tu verras, tu accueilleras le lundi avec moins de terreur.

  1. Cramponne-toi à ta to-do list

Ce truc est vieux comme le monde, mais si efficace. Ta to-do list sera toujours ta meilleure amie. Dans l’abondance et la pauvreté, dans la joie et la tristesse, dans la maladie et la santé, tu l’aimeras et la chériras jusqu’à ce que la mort vous sépare. Donc quand tu es dans le jus, c’est ta bouée de sauvetage. Traîne-la partout et mets-la fréquemment à jour. Fais-toi une liste de priorités et une liste de choses qui peuvent attendre. Tu t’assures alors de mettre tes efforts aux bons endroits pendant ton rush sans perdre le contrôle sur les autres dossiers courants moins urgents. Le soir ou le week-end, lorsqu’une idée te passe par la tête, envoie-toi les choses à ajouter à ta liste par courriel ou, si tu utilises une application, entre-les directement. Ça te permettra de te vider instantanément le cerveau et de continuer de relaxer.

  1. Ne laisse pas les méchants médias sociaux t’éloigner de ton objectif

Nous sommes esclaves. Combien de fois t’es-tu surpris en train de scroller sur ton fil d’actualité Facebook alors que tu allais simplement faire une recherche Google? C’est devenu instinctif. Dès qu’on tombe dans la lune, on aboutit sur les médias sociaux. On finit par se réveiller après 10 minutes et on culpabilise jusqu’à ce qu’on y retourne. Tu peux te déjouer toi-même en te déconnectant de tes comptes sur ton téléphone et ton ordi pendant tes heures de travail. Ainsi, chaque fois que ton instinct t’y emmènera, la demande de connexion te servira de wake-up call pour rebrousser chemin.

  1. Le jour J va arriver quoi qu’il advienne

Finalement, sache que quoi qu’il advienne, ton échéance finira par arriver. Si ton rush est causé par un événement, celui-ci se concrétisera à la date et l’heure prévue, no matter what. Concentre-toi toujours sur le moment présent et sur la tâche que tu es en train d’accomplir. Ne regarde pas la montagne devant toi, mais chacun des pas que tu es en train de faire. Sois fier des étapes accomplies et barre avec vigueur et satisfaction chacun des points terminés sur ta to-do list. Au bout du compte, tu finiras par t’en sortir, comme toujours! 😉

Les surcharges de travail temporaires, ça arrive dans la majorité les emplois. On doit dealer avec ça tout au long de notre vie. Si dans ton cas c’est permanent, que ça prend toute la place dans ta vie et que c’est une source d’angoisse chronique, ne t’acharne pas à répéter les trucs mentionnés ci-haut; essaie de faire des choix qui sont aussi bons pour ta carrière que pour ta santé mentale.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de