Menu

Faire la paix avec le changement

Alors que Dame Nature a définitivement délaissé son amante l’été pour embrasser les mille feux de l’automne, elle nous rappelle de toute sa splendeur que la transformation est l’apanage de la vie. Si j’ai bien retenu quelque chose de mes cours de science, c’est le dicton de notre ami Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Les saisons se succèdent au rythme des amours qui se meurent, les feuilles se décomposent pour nourrir le terreau fertile de la vie, l’eau s’évapore et tombe du ciel dans une pluie de diamants… Si le changement est omniprésent dans notre environnement depuis notre naissance, pourquoi avons-nous parfois tant de mal à l’accepter? Bien enracinés dans notre confortable routine, on tente de s’agripper à nos repères de toutes nos forces, de crainte de se perdre en chemin, mais à force de se donner des crises d’urticaire, on finit par se nuire beaucoup plus que n’importe quel changement n’aurait jamais pu le faire.

J’ai souvent été confrontée à cette situation, puisque le changement a toujours été l’un de mes adversaires les plus farouches. Face à lui, j’ai toujours eu tendance à rechigner, à angoisser et à m’imaginer les pires scénarios… jusqu’à ce qu’il se produise. Je l’acceptais alors comme ma nouvelle réalité et laissait cette dernière effacer l’ancienne. Chaque fois, je me sentais honteuse d’avoir été aussi récalcitrante en vue d’une situation qui, finalement, me rendait plus heureuse qu’avant.

Au fond, je crois que nous avons peur de l’inconnu, des possibilités inexplorées et de nos propres limites imaginaires. Peur de ne pas être assez performants dans un nouveau travail. Peur d’affronter le célibat, alors que nous étions en couple depuis longtemps ou, au contraire, peur de fréquenter de nouvelles personnes et de ne pas être à la hauteur. Peur de ne pas se sentir à notre place dans notre programme d’études ou de se ridiculiser en prenant des cours de yoga pour la première fois.

Jusqu’à ce que l’on fasse les premiers pas.

Lorsque l’inconnu se dévoile au grand jour et que nous sommes obligés d’y faire face, la peur laisse tranquillement place à l’acceptation et à la découverte. Alors prenons ensemble une grande respiration et cessons de penser au pire qui pourrait arriver pour entrevoir le merveilleux voyage que le changement nous force à entreprendre.

Parce que le changement, au fond, c’est la vie. C’est ce qui détient le potentiel de façonner un monde meilleur. C’est ce qui nous pousse à redéfinir nos propres limites. C’est ce qui transforme un lac tranquille en une rivière tumultueuse qui voyage aux endroits les plus inimaginables. Il nous faut apprendre à danser avec les vagues à la place de les laisser nous submerger – ainsi, nous leur permettons de nous entraîner beaucoup plus loin que nous n’aurions jamais pu aller.

Que le changement soit négatif ou positif, il représente la route qui mène hors de notre zone de confort jusqu’à l’expression de nos désirs et à la réalisation de nos rêves. En le laissant entrer dans notre cœur, nous apprenons à rebondir sur les difficultés, à nous remettre en question pour sans cesse construire une meilleure version de nous-mêmes et à savourer tout le potentiel de l’existence en explorant les sentiers les moins fréquentés. Alors, pourquoi ne pas le laisser venir à nous en toute sérénité?

Comme la nature qui se transforme avec les saisons, le changement nous rend plus vivants et nous permet de montrer nos vraies couleurs. C’est en grandissant à travers lui que nous pourrons réellement nous accomplir en tant que personne – alors arrêtons d’avoir peur et dansons avec lui jusqu’à ce le courant nous emporte vers les confins de notre propre existence.

changer changement
Source

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre