Menu

J’ai testé l’art-thérapie

À l’occasion des Journées de la Culture, je me suis laissé tenter par un atelier d’art-thérapie au Centre d’apprentissage Parallèle dans le Mile-End. Ça faisait déjà quelques mois que j’étais intriguée par cette pratique. C’est toutefois sans attentes que je me suis présentée à l’atelier, y trimballant même ma nervosité d’arriver en retard. Après une brève présentation, les participants ont été invités à utiliser des pastels pour créer quelque chose sur trois grandes feuilles blanches. Quelques secondes à observer ma première page vide ont suffi pour que je me lance en choisissant la couleur qui me parlait le plus. Une fois que j’ai senti que cette première feuille était terminée, j’ai poursuivi avec la deuxième puis la troisième. N’ayant aucun talent artistique technique, cet exercice m’est d’abord apparu difficile et j’ai eu tendance à me juger pour mon manque d’inspiration et d’habileté. Ce sentiment n’est toutefois pas resté longtemps et, dès le deuxième dessin, je me suis surprise à oublier un peu le résultat et à dessiner ici et là pour y voir apparaître des formes.

Après une courte pause, l’accompagnateur a demandé aux participants d’afficher au mur leurs trois dessins. Puis, tour à tour, nous avons expliqué comment nous nous étions sentis lors de leur réalisation, avant de les interpréter comme étant une histoire, puis comme étant représentatifs du passé, du présent et du futur. Étonnamment, nous avions tous un point commun : le deuxième dessin était toujours le symbole d’une transition entre les deux autres et tous ont pu y trouver un sens.

Cette initiation à l’art-thérapie me donne assurément envie d’en apprendre davantage sur le sujet. Lors de mon expérience, j’ai été invitée à m’exprimer, à m’ouvrir, à partager avec les autres, à développer ma créativité et, dans une moindre mesure, mon sens artistique. C’est une expérience méditative qui, tout comme le coloriage de mandalas, est très relaxante et efficace pour apaiser le mental. L’art-thérapie est donc une discipline de choix pour réduire l’anxiété ainsi que pour stimuler sa créativité, apprendre à s’exprimer et libérer ce qu’on ne peut parfois pas dire avec des mots. Elle est particulièrement indiquée pour toute personne ayant de la difficulté à parler ou à se faire comprendre.

Outre le dessin, la peinture et toute autre forme d’art visuel, il est également possible de pratiquer l’art-thérapie par le théâtre, l’écriture, la musique et la danse. Il s’agit de se laisser aller pour que s’exprime le subconscient. L’art-thérapie peut être considérée comme un traitement à part entière ou comme un complément à une psychothérapie. Aucun talent ou connaissance artistique n’est nécessaire pour que la pratique soit bénéfique, ce qui la rend bien plus accessible que ce qu’on pourrait croire de prime abord. Il suffit de bien vouloir se prêter au jeu!

Offerte de manière individuelle ou en groupe, l’art-thérapie est de plus en plus courante au sein des services sociaux et communautaires. Envie d’en savoir plus? Consultez le site de l’Association des arts-thérapeutes du Québec ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de