Menu

À bas les zones grises

Je ne suis pas une fille de zones grises. J’aime quand les choses sont dites et que tout est clair. J’aime quand, suite à une conversation avec un être cher, je peux dormir l’esprit tranquille parce que je suis certaine qu’on est sur la même longueur d’onde. Bien qu’il y ait évidemment certaines exceptions, j’essaie toujours que ce soit le plus simple possible pour les gens qui m’entourent.

  • C’est oui ou c’est non.
  • C’est blanc ou c’est noir.
  • C’est chaud ou c’est froid.
  • C’est simple ou c’est compliqué.
  • C’est vrai ou c’est faux.
  • Je n’ai pas besoin de manger quinze bouchées de ta nouvelle recette pour savoir si j’aime ou non.
  • Je n’ai pas non plus besoin de te dater cinq mois avant de savoir si je me vois à long terme avec toi ou pas.

Bref, je ne crois pas avoir besoin de donner des exemples à l’infini pour qu’on comprenne ma ligne directrice. J’en conviens, chaque être humain est différent et pour bien des raisons, on ne communique pas tous de la même façon. Naturellement, sans même se référer à certains facteurs extérieurs tels le domaine d’emploi ou le passé relationnel, certaines personnes sont plus à l’aise que d’autres pour communiquer leurs opinions et leurs idées. Par contre, comme la communication est à la base de nos relations, je crois qu’il est primordial d’éviter tant que possible, les messages qui ne veulent rien dire ou autrement dit, ces paroles qui laissent place à l’interprétation.  Ce sont tous ces « peut-être », ces « je ne sais pas », ces « ça ne me dérange pas », ces « on verra », qui sans le vouloir, écorchent des cœurs sur leur passage. On s’accroche à un peut-être en ne sachant pas trop ce qui en suivra. On se fait mille et un scénarios qui bien souvent, n’auraient pas lieu d’être.

Lorsqu’on tient à une personne, que ce soit de la famille, un ami (e), une fréquentation amoureuse ou autre, on se doit d’être le plus honnête et le plus clair possible. Je suis d’accord pour dire que parfois, la vérité est difficile à entendre, mais je crois aussi qu’à long terme, dans la majorité des cas, la vérité fait moins mal qu’un mensonge. Je crois aussi fermement que tout se dit; tout est simplement dans la façon de le dire. Ce n’est pas toujours une partie de plaisir de prendre une position claire sur un sujet plus délicat, mais pour le bien des gens qu’on aime, on devrait pouvoir sortir des zones grises.

Il n’y a pas de trucs miraculeux pour y arriver. Il suffit principalement de s’affirmer et de rester fidèle à nos valeurs tout en se disant qu’on le fait pour le bien de la personne concernée. Personnellement, les fois où j’ai eu le plus de peine dans ma vie sont les fois où je ne savais pas; les fois où je me questionnais à l’infini; les fois où je devais interpréter une ou plusieurs conversations; les fois où mon cerveau a été envahi par des milliers de scénarios qui finalement ne se sont jamais produit. Je le dis souvent et je le redis, le temps et notre meilleur allié. Communiquer, comme bien d’autres choses, ça s’apprend; ça se travaille.

Entre amis, en couple, en famille, entre collègues, donnons-nous la chance, ou plutôt la gracieuseté, de bien se comprendre; à bas les zones grises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de