Menu

En couple avec le célibat, pis c’est compliqué

Ma relation avec le célibat est de loin la relation la plus stable que j’ai eue dans ma vie. Je lui ai parfois été infidèle, mais toujours, je retournais à cette bonne veille solitude. Pendant un temps, j’apprécie cette liberté : ne pas rendre de comptes à personne, sortir quand je veux, sortir avec qui je veux.

J’ai cette amie qui est dans la même situation que moi, alors on en profite pour faire des activités de couple, mais entre célibataires. On va en randonnée, au cinéma, au resto. On se fait même des soirées canapé avec une bonne bouffe et durant lesquelles, après un peu trop de vin, on va se coucher, mais qu’on se raconte des histoires jusqu’aux petites heures du matin, au lieu de faire des galipettes.

Il vient quand même le moment où cette amie finit par rencontrer quelqu’un. Je dois alors combler moi-même ces moments, puisqu’elle aura dorénavant moins de temps à m’accorder. Je comprends bien cette situation et j’aimerais me réjouir pour cette amie – elle le mérite tellement – mais à la place, je suis envahie par un mélange de jalousie et de culpabilité. Jalousie – de ne pas être celle qui a droit à l’amour, et culpabilité – de ne pas être en mesure de me réjouir pour mon amie.

Il y a aussi tous ces amis autour de moi qui sont en couple : maison, bébé, mariage. Ils sont si heureux; je les observe en me demandant quand viendra mon tour. Quand est-ce que j’aurai quelqu’un à leur présenter, lors des soupers d’amis où je suis la SEULE célibataire et dont le plus grand sujet de conversation me concernant est à propos de TINDER?

Tinder, c’est superbe application qui me permet d’accumuler les échecs, en véritable célibataire endurcie. Mes amies me disent que j’ai trop de critères et que je dois ouvrir mes horizons, alors je les écoute. Je vais à la rencontre de gars qui ne correspondent même à pas à mes standards. Les dates se passent bien, mais après, silence radio. C’est quoi mon problème? Pas assez belle? Trop grosse? Je pue? Pas intéressante? Je parle trop? J’aurais dû coucher avec lui le premier soir? Ou alors l’inverse? Qu’est-ce que je fais de mal?

Si tu trouves que je me pose trop de questions, eh bien sache que tous les célibataires endurcis passent par là : pourquoi est-ce qu’on n’arrive pas à trouver l’amour, alors que tout le monde semble y parvenir? Chaque échec, chaque rejet, me remet en question et me frappe comme un coup de masse, et ce, même si la personne ne m’intéresse même pas tant que ça. C’est juste un de plus à mon tableau : Rejet 264/ Amour 0. L’estime de soi en prend un coup.

Les pires moments, du moins pour ma part, c’est le soir, au dodo, alors que j’aurais juste envie de me coller et de me faire caresser les cheveux, avec un bisou sur le front. Ou les vendredis soirs, quand j’ai texté tous mes amis et que personne n’est dispo. Être seule un mercredi soir, ça va, pas de problème. Être seule un vendredi soir, ça passe juste pas. Être seule un vendredi soir, c’est horrible. Je passe la soirée sur le divan à remuer dans ma tête les relations et les dates qui n’ont pas fonctionné. Je me demande « pourquoi ? », une fois de plus et je finis la soirée dans mon lit, en boule, à pleurer ma solitude.

Ceux qui sont dans la même situation que moi, ou qui l’ont déjà été, me comprendront. Après un certain temps, on finit par perdre espoir de rencontrer cette tendre moitié et à craindre de finir vieille fille. On s’imagine le pire en se disant qu’on n’aura jamais de vie de famille. Plus l’âge avance, plus cette réalité frappe.

Le quotidien perd son sens quand on ne croit plus en l’amour. L’impression d’être des âmes vagabondes qui errent sans but précis s’installe; le bonheur de l’amour ne nous est pas réservé.

J’ai le coeur lourd d’amour que je voudrais partager, et malgré que j’aie une famille formidable, des amis remarquables et que j’aime mon travail, j’ai un vide immense qui ne pourra être comblé que par l’amour avec un grand A.

D’ici là, puis-je manger cette pomme empoisonnée qui me plongera dans un profond sommeil, jusqu’au jour où mon prince charmant finira par me réveiller d’un vrai baiser?


Source

Source photo de couverture

2 thoughts on “En couple avec le célibat, pis c’est compliqué

  1. ca ne reste qu un reve qui ne se réalisera JAMAIS! g 36 ans et je travaille dans une école, pour oublier le fait que je ne serai jamais à la place des daronnes qui viennent chercher leurs gosses à l’école! c vrai ,elles sont mieux que moi, belles , intelligentes… Moi je suis qu’ une merde à écraser, une vieille figue dessechee, infertile et tordue! oui je mérite de finir seule!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de