Menu

Au con qui m’a klaxonnée pour rien

Au con qui m’a klaxonnée pour rien, si le chapeau te fait…

Mi-février, au Québec. Je t’annonce que notre histoire ne se terminera pas avec un coup de soleil sur l’épaule!

Y’a eu une tempête la veille. Cocktail météo. Pluie avec neige. Même le père Noël préférerait rester chez lui et regarder Netflix.

Je sors dehors, une fille se pète la gueule sur le trottoir.

(L’hiver, tu ne tombes pas. Tu te pètes la gueule.)

Classique.

Le sol est couvert de glace noire. Essaie de marcher là-dessus normalement, voir.

Je crois être sortie de chez moi à 23 ans pour finalement arriver à ma voiture à 29 ans.

Ça.

Glissait.

Démarre l’auto. Teuf teuf teuf. Bon, le char a pogné la grippe. J’vais lui donner une p’tite shot de « NyQ’huile ».

Je n’en suis qu’au troisième coin de rue et mes roues ont dérapé plus souvent que Marilyne dans un épisode de Barmaids.

Et là… y’a un STOP. Je dois arrêter, évidemment. Ça, ça a bien été, malgré tout. Le problème, c’est de redécoller.

Je pèse tranquillement sur la pédale de gaz… rien. Je recommence… toujours rien. Mes pneus tournent dans l’beurre, ça commence à sentir le Grand Prix. Je suis paralysée dans la glace.

Derrière moi, le con qui me klaxonne.

Hey, Ducon. Laisse-moi venir te klaxonner, dans ton lit, quand tu ne réussiras pas à bander devant ta femme.

Pout pouuuuuuuuut!!! Pis, ça lève-tu?!

Oh, on me dit que non!

Écoute, Jean-François Bastien essaie encore de changer le monde avec une chanson… T’iras pas chier loin avec ton klaxon!

Si tu veux du concret, sors de ton auto et viens pousser. Tu l’vois ben que même dans Mario Kart le klaxon sert à rien.

Ah, d’accord, tu es pressé. C’est moi ou tu as beaucoup de semblables?

Attendre à un arrêt obligatoire 40 secondes plutôt que 3. À cause de moi, tu viens de perdre 37 secondes de ta journée.

Parce qu’en 37 secondes, c’est connu, on peut aller loin dans la vie. En 37 secondes, on peut se laver les mains, attacher ses souliers, éjaculer, si t’es pas chanceux.

Ma voiture a fini par avancer. Merci de ton aide.

Je combats un gros banc de neige près de l’entrée du dépanneur et me stationne. Tu m’as fâchée, je vais m’acheter des bonbons.

Fin prête à finaliser mes achats, qui j’vois pas dans la file d’attente? Toi. Mon con au klaxon. Besoin de décompresser avec des king size.

Tu sors du dépanneur les mains vides. La caissière m’accueille et m’informe que c’est à mon tour de payer. Tu as oublié ton portefeuille dans l’auto.

Nous nous croisons au moment où je franchis la porte pour sortir vivre ma vie avant toi.

En 37 secondes, tu peux aussi aller chercher ton argent oublié dans ta voiture.

J’voudrais jamais être conne comme toi.

Photo de couverture : Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de