Menu

J’aimerais ça me trouver belle

Butterflies can’t see their wings. They can’t see how truly beautiful they are, but everyone else can. People are like that as well.

J’aimerais ça me trouver belle. Je ne te parle pas de devenir la nouvelle Miss Canada pis de faire les covers du Sports Illustrated. Ni de ressembler à Nicole Kidman, ou ben d’me refaire les seins, la bouche, le nez pis les genoux, tant qu’à ça.

J’te parle de me trouver pas pire cute. Semi-belle. À moitié séduisante, tu vois le genre. J’aimerais ça me regarder dans le miroir pis me faire un clin d’œil plein d’assurance. Parce que là, ça m’arrive une fois par année, quand j’ai bu trois, quatre vodkas canneberge de trop pis que je me trouve une certaine ressemblance avec Magalie Lépine-Blondeau.

Et je ne te parle pas de me faire dire que je suis belle. J’ai l’impression que la moitié de la galaxie pourrait liker ma photo de profil et que ça ne m’aiderait pas. Parce que cette confiance-là, elle vient de par en dedans. Je sais qu’il faut que ça vienne de moi pour que je le croie. Mais c’est ça l’affaire; je ne sais pas comment faire pour me trouver cute.

Le pire, c’est que je trouve tellement que mes amis sont beaux avec leurs imperfections qu’eux-mêmes haïssent. Leurs taches de rousseur, leur petite dent croche, leur point de beauté sur la joue droite, c’est ce qui fait leur charme. Je trouve tellement plus charmeur quelqu’un qui ne sait pas trop qu’il est beau à quelqu’un qui le sait trop et qui s’en sert comme arme de séduction.

J’aimerais ça me trouver belle. Un matin, me regarder dans le miroir en sachant que je ne suis pas Miss America, mais que c’est ben correct de même. Que je suis belle à ma façon, comme tout le monde.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre