Menu

Quitter un emploi confortable pour plonger dans l’inconnu

Mon article aurait aussi bien pu s’appeler : « Quitter un emploi confortable (mais plate) pour plonger dans l’inconnu ».

Depuis 2 ans, j’occupais un emploi vraiment super sur plusieurs aspects : salaire compétitif, gamme d’avantages sociaux assez impressionnante, collègues de travail géniaux, horaires de travail stable, lieu extrêmement bien situé et proche de chez moi. Il y avait cependant un petit bémol : je n’aimais pas mon travail.

Je trouvais mes tâches non motivantes. J’avais le désagréable sentiment de ne pas exploiter mes capacités au maximum. Je rentrais toujours un peu à reculons à l’idée des longues heures de travail qui m’attendaient. Je rêvais du vendredi soir dès le lundi matin.

Ce n’est vraiment pas la faute de mes patrons, que j’adorais en passant. C’était le travail en soi qui ne me convenait tout simplement pas.

Pourtant, j’y suis restée 2 ans. Quand on y pense, 2 ans à ne pas aimer ce que l’on fait, c’est long. Pourquoi y suis-je restée aussi longtemps ? Parce que j’y étais confortable. J’étais dans mes petites pantoufles, dans un travail sans surprise, autant bonnes que mauvaises.

Et aussi, parce que j’avais un peu peur. Je suis le genre de personne qui a besoin de changements dans sa vie pour grandir et se sentir épanouie, mais plonger dans l’inconnu, c’est inconfortable. Sauf qu’il faut parfois faire des choses qui nous rendent inconfortables pour mieux avancer.

Bien sûr, je zieutais un peu les offres d’emploi dans mon domaine, sans jamais vraiment faire de move. Je voyais bien que je m’enlignais vers une longue vie monotone, moi qui, pourtant, suis une personne tellement passionnée ! J’ai besoin de me sentir interpellée par mon travail, j’ai besoin de me réaliser dans ce que je fais au quotidien. On en passe des heures au travail dans une semaine, autant faire quelque chose qui nous allume un p’tit feu en dedans!

J’ai une chance incroyable dans la vie : je suis entourée de personnes immensément inspirantes. Des gens passionnées par leur travail, qui me rendent un peu jalouse lorsqu’ils parlent de leur journée avec des étincelles dans les yeux. Ils m’ont tous, à leur manière, encouragée à brasser le statu quo dans lequel je m’étais engluée.

J’ai d’abord pris un peu de temps pour réfléchir au genre d’emploi que je voulais vraiment, en accord avec mes compétences et mes forces. J’ai fait le point sur qui j’étais, ce que j’avais à offrir et ce que je voulais devenir. Et surtout, sur ce qui me rendrait heureuse et épanouie.

Puis, j’ai fait le grand saut. J’ai troqué mes pantoufles pour des souliers à talons haut, et je suis maintenant prête à affronter ce nouveau défi, prête à donner le meilleur de moi-même, prête à me dépasser. Amenez-en des défis !

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de