Menu

J’ai découvert à 25 ans que j’avais un TDA

J’ai toujours eu de la difficulté à l’école. Mes notes n’ont jamais été extraordinaires, mais elles n’étaient pas mauvaises non plus. Durant les périodes d’examen, je savais que je devais redoubler d’efforts pour obtenir une note « potable ». J’étudiais avec une amie et elle avait toujours une note nettement supérieure à la mienne.

Je me réconfortais en me disant que mon point fort n’était tout simplement pas l’école. Heureusement que la danse et le théâtre sont arrivés dans ma vie au secondaire. Au moins, je savais que je réussissais dans le domaine des arts.

Depuis toujours, on me voit comme une personne énergique. Mes amis(es) m’adorent pour ça, mais je me rappelle qu’au secondaire, certaines personnes appréciaient moins mon côté « excité » qui avait toujours besoin de s’exprimer. J’essayais tant de canaliser mon énergie, mais je ne réussissais pas toujours!

Jusqu’au jour où je prends mon café en écoutant Deux filles le matin et que le sujet du jour est le trouble déficitaire de l’attention (avec ou sans hyperactivité). Rosalie Bonenfant, Pier-Luc Funk et Philippe Laprise parlaient durant cette émission de leur expérience avec leur TDA. J’avais l’impression qu’ils parlaient de moi ! J’ai donc décidé d’aller rencontrer une neuropsychologue et après plusieurs tests, le constat était clair. J’ai un TDA sans hyperactivité. Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas avec hyperactivité, mais bon! Haha.

Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai ri et en même temps, j’avais envie de pleurer. J’ai tellement vécu d’angoisses avant chaque examen depuis que je suis toute petite. À l’université, ça n’a pas été facile. Ma cote R a été longtemps en dessous du minimum requis, mais j’ai tout de même obtenu mon diplôme.

J’aime mon côté énergique et « tête en l’air » puisque ça me rend, je crois, divertissante et créative, mais chaque qualité à son défaut. Maintenant, je comprends mieux toutes les difficultés que ce trouble m’a engendrée. Ça fait du bien de se connaître davantage !

Aujourd’hui, les gens abordent de plus en plus le sujet. Le 11 octobre dernier, l’animatrice québécoise Kim Rusk a publié le livre J’aime les TDAH qui aide à mieux comprendre ce trouble. Si jamais vous vous reconnaissez après avoir lu ceci, n’hésitez pas à aller rencontrer un neuropsychologue ! Ce sont les spécialistes ! Parlons-en 😉

TDAH
Crédit : Kim Rusk

Par Zoé Witala

Crédit de la couverture : Origin

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2017. Tous droits réservés
Une réalisation de