Menu

J’aime pas Noël. Point.

J’ai pas peur à l’Halloween. Pourtant, chaque année, je suis terrorisée tout au long de la semaine précédant le 31 octobre. Pourquoi? Parce que je sais qu’à partir du criss de lendemain, c’est fuckin’ Noël qui embarque. Bam.

Honnêtement, on peut-tu se le dire, que c’est trop tôt, trop intense, trop toute? Pis c’est pas un peu weird que, pendant que la plupart des gens sont stressés, pressés et font de l’overtime pour arriver au 24 en même temps que tout le monde, le père Noël, lui, y’a le temps de chiller aux Promenades Beauport 5 jours sur 7, de 10 h à 4 h? En tout cas…

Le temps des fêtes, c’est :
• La maudite annonce du ballet Casse-Noisette qui passe en boucle à la télé.
• Non seulement trop manger, mais en plus être pogné.e pour manger des affaires qui te tentent pas nécessairement. Du gras. Beaucoup de gras. Te faire dire : « T’aimes pas çaaa? T’en reprends paaas? », quand t’as des larmes de graisse qui te coulent des yeux.
• Constater que, cette année encore, ton cactus de Noël n’honorera pas son nom et ne fleurira toujours pas au moment où y’est censé le faire. Remarque que, si ça lui arrive de fleurir tout court de temps en temps, t’es déjà chanceux.
• Observer tes voisins compétitionner entre eux pour remporter le titre de « propriétaire du terrain avec le plus de décorations lumineuses ». J’imagine la scène vue d’une station spatiale :
« – Ohhh! Regarde, Michel! Je crois que c’est New York qu’on voit en bas, tout illuminée!
– Naaah… C’est rien que madame Demers pis monsieur Tanguay au coin de la 9e pis de Saint-Joachim. »
• Se taper toutes les pubs qui veulent te faire croire que tu vas don’ ben faire des heureux si tu offres le machin qui favorise la circulation du sang dans les pieds ou l’éplucheur qui fait de la dentelle avec tes carottes.
• Les mille photos de sapins qui se sont fait saccager par des chats. Au moins, si y’en avait pour montrer lesdits chats quand ils expulsent les glaçons…
• Avoir super hâte de ne plus entendre Jingle Bells et, simultanément, anticiper avec horreur La Bottine Souriante qui s’en vient.
• Repasser, aux gens qui t’invitent à souper, la bouteille de vin que ceux qui sont venus souper chez toi la veille t’avaient apportée.
• Constater que y’a juste au Québec qu’on associe Les Douze Travaux d’Astérix au temps des Fêtes.
• Avouer qu’on a quand même hâte d’écouter Les Douze Travaux d’Astérix. Surtout le bout sur l’île du Plaisir.

Bref, le temps des fêtes, c’est un peu tout ça! Mais le but ici est pas tant de chiâler que de te fournir des trucs et conseils pour passer à travers cette période de l’année qui fait, on va se le dire, pas le bonheur de tout le monde.

Voici quelques idées pratiques si, toi non plus, t’es pas trop « Noël » :
• Si t’es pu capable des tounes de Noël, ressors toutes celles qui t’ont écœuré.e le reste de l’année. Ici, je te donne un coup de main : Despacito. Tu vois? On survit à presque tout.
• Si t’as à acheter un cadeau d’échange avec un thème poche, garde ça simple. Un strap-on, ça met toujours de l’ambiance. Pis avec un peu de chance, on te réinvitera pas l’année prochaine.
• Si ta famille s’inquiète de savoir pourquoi t’es ENCORE célibataire cette année, demande-leur s’ils connaissent Tinder.
• Si jamais ils persistent, sors ton téléphone, ouvre Tinder pis swipe un peu avec eux autres.
• Si les sent-bon à la cannelle pis au biscuit de grand-maman te donnent mal au cœur, ben souviens-toi que ceux qui sentent la « supposée » brise de fraîcheur durant le reste de l’année sont aussi insupportables.
• Si tu te fais pogner une fesse par quelqu’un durant ton party de bureau, ben crisses-y en un dans face. Aucune économie de claque méritée ne sera tolérée durant les Fêtes.
• Si ta belle-mère t’accorde une trêve de méchancetés durant cette période de réjouissances, méfie-toi : ce n’est qu’un leurre. Ou simplement qu’elle a ambitionné sur les p’tits chocolats avec de l’alcool dedans.
• Si ton bas de Noël a l’air petit à côté de celui de ta sœur, stresse pas. Peut-être que, toi, t’as un billet pour les Bahamas à l’intérieur pis que ta sœur, la chanceuse, a un beau trimmer pour sa moustache. T’sais, on a le droit de rêver.
• Si t’en peux plus des gens qui te lancent :
« – Heiiiiin!? T’as pas fait de sapiiiiiiiiiiin!!?? d’un air traumatisé, t’as le droit de leur demander si, eux, ils aiment manger des gros vers blancs juteux…
– Heiiiiin!? T’aimes pas les gros vers blancs juteuuuuux!!?? »
C’est quoi, le rapport? Y’en a pas. Tout le monde fait ce qu’il veut. Y’a pas encore de loi là-dessus.
• Si t’es pu capable des photos Facebook de tes ami.e.s pis de leurs ostis de lutins qui font des mauvais coups, t’sais qu’tu peux t’arranger pour que leurs posts n’apparaissent plus sur ton fil d’actualité? T’as même le droit de prolonger le plaisir jusqu’après Pâques. Comme ça tu t’épargnes, par la même occasion, les photos de leurs enfants la face pleine de chocolat.
• Si vous aviez l’habitude, quand t’étais jeune, de faire des guirlandes en pop-corn enfilé pour mettre dans le sapin, t’es pas obligé.e de perpétuer la tradition. Des enfants, c’est gourmand. D’année en année, il finit par y avoir beaucoup plus de fil que de pop-corn dessus.
• Si t’as pas détourné le regard assez vite quand les yeux de ta tante ont croisé les tiens, pis que t’es pogné.e pour discuter avec elle de la finale de Mémoires vives, prétexte une envie urgente d’aller faire de la crazy carpet pieds nus à -1000 °C.

On lâche pas! Dans pas long, on va être rendu.e.s aux pubs de tapis de course pis de vélos stationnaires pour sortir tout le méchant!  🙂 HAVE FUN ET SOYEZ PRUDENTS! xx

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de