Menu

Ceux qui ont passé Noël avec nous

Noël blanc, Noël magique, Noël illuminé, Noël pour tout l’monde.

Ça brille, ça sent bon, ça nous fait revêtir nos souliers d’enfants.

Pis souvent, ça fait réfléchir.

Quand les lumières brillent pis que mes yeux s’illuminent autant qu’elles, j’ai toujours une pensée pour l’année dernière.

Ça va vite, une vie. Les personnes passent, restent et parfois s’en vont. Ça arrive même, si t’es chanceux, qu’ils reviennent de temps en temps.

Quand l’atmosphère devient magique le temps d’un Noël, je prends le temps de regarder les gens qui sont présents. Je prends le temps de remercier la vie d’avoir des gens qui sont toujours là et qui le resteront sans doute toujours. Je savoure la présence de mes grands frères, de mes parents, de mes grands-parents, de mes cousines, de mes cousins, de tout l’monde.

Mais, c’est important pour moi aussi de songer à ceux qui sont passés par là et qui nous ont quittés en cours de chemin. Ceux qui nous ont fait croire à leur présence annuelle. Ceux avec qui l’année dernière était un dernier Noël.

Les chicanes, les séparations, les décès.

Le grand-papa, la blonde du cousin, l’ex-belle-soeur.

Ça fait toujours drôle de perdre un morceau, peu importe c’est qui.

Je pense à ces personnes qui ont teinté Noël à leur façon et qu’on ne verra pas pour la première fois depuis quelque temps. Ceux qu’on n’entendra plus dire à quel point la tourtière est bonne, ceux avec qui on ne se collera plus sur le divan, ceux avec qui on n’aura plus de fous rires à la messe de minuit.

Ça fait partie du cours normal d’une vie. Ce ne sont pas tous les gens qui sont faits pour rester. Ces départs, ils ne me rendent plus triste, mais plutôt reconnaissante.

Je pense que toutes les personnes rencontrées en cours de route forment qui nous sommes là au moment présent. Je pense qu’il y a un petit peu d’amour perdu, d’amitiés brisées et de famille éloignée dans chaque personne. Comme si notre coeur était une grande toile sur laquelle les gens garrochaient leurs couleurs en passant. Avec de la peinture à l’huile. Rien à faire pour l’enlever. En quelque sorte, ce sont ceux qui sont partis qui nous donnent notre teinte actuelle.

Avec un brin de nostalgie, ce Noël, je penserai encore à ceux qui sont passés. Je penserai également à ceux pour qui j’ai été cette personne. Je penserai à nos souvenirs, à nos discussions.

Il faut vivre dans le présent, il paraît. À Noël, je me donne le droit d’avoir une visite dans le passé pis d’assumer qu’oublier des gens ça ne fait pas partie de mes capacités. Je suis reconnaissante d’avoir connu des gens assez marquants pour rendre ça aussi beau et rassurant de se souvenir. En symbiose avec qui nous sommes et qui nous étions.

Donc, à tous ceux qui sont passés et à qui je n’aurai pas la chance de le dire en personne… Joyeux Noël!

Et à mes ancres, qui restent bien accrochées peu importe le mouvement des marées, peu importe la force des vagues et peu importe la profondeur de l’eau, ce sera un plaisir de vous revoir encore cette année. L’eau n’aura jamais été aussi bonne.

Photo de couverture : Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de