Menu

Mon chum Pan

Ça avait l’air facile de grandir, de suivre les lignes qui étaient déjà tracées. J’veux dire, la vie se divisait en grandes étapes, right? T’avais l’enfance, l’âge où tout est nouveau, pas mal chill et rien n’est encore trop lourd (à quelques exceptions près). Ensuite, t’avais l’adolescence, l’âge des crises existentielles, l’âge où t’as autant de questions que de boutons dans la face, l’âge où personne ne te comprends, surtout pas tes parents. Après ça venait l’âge adulte, où tout était bien clair : études, mariage, maison, enfants, vacances. Puis, on bouclait la boucle avec le vieil âge, la retraite, où, finalement, il paraitrait que les gens retrouvaient leur cœur d’enfant et profitaient enfin de la vie, si leur condition leur permettait. Sinon… mourir sans vraiment avoir vécu.

Dans toutes ces étapes, il n’y a personne qui t’as parlé du fait que t’avais peut-être pas envie de franchir le prochain pallier. Pas personne, en fait. Quelqu’un l’avait fait une fois : ton chum Peter Pan. Tu vois, on n’a jamais vraiment compris c’était quoi son problème, à lui. Plein de rumeurs couraient à son sujet, mais il demeurait incompris. Il ne voulait pas grandir, le p’tit, alors que, toi, tu passais ton adolescence à attendre tes 18 ans. C’était clairement lui qui n’était pas sur la bonne planète.

Puis là, t’es là, t’as entre 20 et 30 ans et t’envies Peter Pan. Tu l’envies, parce que c’que t’avais prévu, les étapes bien claires de la vie, elles t’avaient failli. J’veux dire, tu les as failli. L’école, le boulot, le couple, les enfants : ça ne marche pas exactement comme tu le voulais, encore moins comme tu t’y attendais. Peut-être même que tu n’as pas envie de tout ça. T’as des amis qui finissent encore leur diplôme alors que t’en as qui ont maison, enfant et chalet. Toi, tu n’arrives pas à te situer là-dedans. Tu penses peut-être retourner à l’école ou retourner vers ton ex. Tu t’ennuies de quand t’avais 18ans. Juste avant que tu prennes conscience que, finalement, tu ne savais pas trop ce que tu voulais pis que ça changeait souvent.

Bienvenue dans la zone grise de la vingtaine, endroit où tu ne te sentiras souvent pas assez, souvent trop. Sûrement qu’t’auras le sentiment d’être imposteur, avec tes diplômes et tes postes. Les remises en question, constamment entre deux eaux.

Tu sais, c’est ça qui est beau : se sentir perdu un peu, mais toujours chercher une réponse, plus ou moins permanente. Avoir la chance de toujours recommencer, toujours se remettre en question.

Profites de ta vingtaine et laisse Peter Pan t’envahir parfois. Toi aussi, t’as le droit d’avoir un peu de lui en toi. C’est peut-être ça, l’idée, justement : garder un équilibre.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2022. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre