Menu

Le racisme

Je viens d’un endroit où les gens sont pas mal tous de couleur blanche. Je me souviens qu’à mon école secondaire, il y avait seulement 3 personnes d’une autre ethnie. Je pourrais même vous dire leur nom tellement c’était une petite école et tant ils étaient peu nombreux.

Dans le temps, je ne connaissais pas vraiment les autres cultures, dans ma tête tout le monde agissait de la même façon. J’avais les yeux fermés et je ne voyais pas le monde qui m’entourait. C’est un des grands désavantages de vivre en campagne. Les gens que tu côtoies ont souvent les mêmes intérêts et se ressemblent sur plusieurs points. On s’entend que je généralise ici grandement, mille excuses. Mais il m’a fallu déménager à Montréal pour être conscientisée sur le racisme et sur les formes de discrimination qui ont encore lieu, et ce, même en 2018.

Parce que dans ma tête d’adolescente, le racisme au Québec, ça n’existait pas. Les gens ont évolué! C’est ce qui arrive avec ce genre de discrimination : quand ça ne t’arrive pas directement à toi et que ce n’est pas ta réalité, tu ne conçois pas que cela peut être possible. Il faut le dire, moi je suis une femme blanche privilégiée, je me suis rarement fait dénigrer à cause de la couleur de ma peau.

Mais je suis quand même sidérée de penser que des gens se font pointer du doigt à cause de leur physique et de leur ethnie. Cet été, un ami me disait que lorsqu’il allait au camp de vacances avec sa famille dans sa jeunesse, lui et ses frères et sœurs étaient toujours les seules personnes de couleur sur les lieux. De ce fait, un animateur passait toujours des commentaires concernant la couleur de leur peau alors qu’ils étaient d’origine québécoise. Le racisme se cache sous différentes formes et les propos diffamatoires peuvent être émis sans même qu’on en ait conscience.

On demande toujours à une personne de couleur d’où elle vient alors qu’on le fait rarement avec une personne de couleur blanche. On généralise : « ils sont tous pareils » ou alors « ceux-là, ils font ça de même dans leur culture ». Qu’on s’en rende compte ou non, que ce soit intentionnel ou non, chaque personne a déjà dénigré son prochain. On se dit souvent ouvert, au Québec, mais le manque de diversité à la télévision, au théâtre ou dans les médias nous prouve que l’acceptation des différentes ethnies n’est toujours pas présente. On a du chemin à faire, les amis, avant d’être dans une société totalement inclusive.

La diversité, c’est ce qui fait la beauté de notre monde. C’est enrichissant, de pouvoir apprendre des autres cultures qui nous entourent. Alors au lieu de se dénigrer les uns les autres et de se dire que tout va pour le mieux dans notre province, pourrait-on accepter le problème et poser des gestes afin de contrer ce genre de discrimination?

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de