Menu

Murray Corner, New Brunswick

Ce jour-là, le thermomètre indiquait -22 degrés mais on s’en fichait, on était enfin en vacances.

On a rempli la voiture à son maximum (vêtements chauds de toutes sortes, guitares et autres instruments, patins, vivres) et on a pris la route, le chauffage dans le tapis, direction : Nouveau-Brunswick.

On a ralenti à la hauteur de Kamouraska, juste parce que c’est beau. Tous les commerces étaient en hibernation, mais les exclamations de mon chum chaque fois qu’il apercevait le fleuve valaient le petit détour par la 132.

Les paysages hivernaux étaient magnifiques. Le vent soufflait fort dans les champs environnants et la neige, folle, dansait en lamelles devant la voiture qui avait déjà hâte d’arriver.

On s’est arrêté à la Tête d’Allumette, microbrasserie ultra populaire en été pour ses bières de qualité, son ambiance chaleureuse et sa magnifique terrasse « vue sur le fleuve ». En cet après-midi de janvier presque tempête, la place ne comptait que quelques habitués du village.

On s’est accoudé au bar pour acheter une bouteille souvenir. On ne savait pas laquelle choisir alors on en a goûté pleins. Quand on a repris la route quelques minutes plus tard, on avait l’intérieur juste assez réchauffé, laissant derrière nous une dizaine de petites coupes à dégustation.

Deux-trois pleins d’essence plus loin, la lumière du jour a commencé à baisser. On avait quitté le Québec depuis seulement quelques heures. La route dans la pénombre fut longue jusqu’à Murray Corner. La chanson thème de Star Wars dans les cinq dernières minutes victorieuses était de mise.

Quand on est finalement arrivés, les amis nous ont accueillis à bras ouverts. Les gens qui se remettaient à peine de la veille avaient quand même leur nouvelle canette de bière en main, le violoneux jouait ses reel et les chansons à répondre se succédaient. L’ambiance était celle d’une joyeuse commune, mélange d’artistes, de poètes et de musiciens dans un décor surréaliste.

Tout le monde était venu de Montréal pour passer les vacances ici, près du fleuve, à l’exception de Guillaume qui nous accueillait tous dans l’ancienne chapelle où il habite depuis quelques mois.

La semaine a passée à un rythme singulier, ni trop vite, ni trop lent. En fait, le temps n’existait plus vraiment. On se levait tard, mais ce n’était pas grave. On n’allait pas beaucoup dehors parce qu’il faisait très froid, mais on voyait le fleuve, toujours aussi différent d’un jour à l’autre, toujours aussi magnifique. On a joué de la musique, regardé la lune, bu du vin, on a dansé de tout, même des valses et on s’est demandé, plusieurs fois, pourquoi on ne vivait pas nous aussi, à Murray Corner, New Brunswick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre