Menu

JOANIE, TYRA, ET LA SORORITÉ

 
Ceux qui me connaissent savent que j’étais team Joanie. Pour ceux qui savaient pas ben je l’avoue là, j’étais team Joanie. Oui, j’aimais ses cheveux. Touffus tout flamme. Blonds, doux pis toute. Mais j’ai cru aussi y reconnaître la jeune fille que j’ai déjà été, y’a pas si longtemps en fait, à l’époque où j’étais encore dans un mood de : miroir miroir, je suis qui moi? Photo photo redonne-moi mon âme. La jeune fille insécure que j’étais encore, mettons y’a un an et demi, a compris certains des comportements excessifs de la sirène sensuelle et p’tit top. J’étais disons-le comme ça, en quête de mon moi profond à travers le regard de tous les autres, sauf moi. En constant état de compétition avec les autres filles, même si au fond, j’aspirais à un monde féministe. Jo est body positive, Jo veut pas danser devant le monsieur deg pour le séduire, Jo est féministe, Jo prend un couteau, Jo dit je suis la plus belle ça les rend ben ben jalouse, Jo yo, yo Jo, fais tention.

À toi, aux autres, à ce que tu dis.


Source

La nouvelle saison d’America’s next top model est sortie y’a 3 semaines environ, pis je me suis remise à écouter religieusement les épisodes chaque semaine. Ça fait tant de bien de revoir Tyra, elle me manquait, elle pis sa fiercessness pis ses smeyes pis son air d’aller. Elle trône au milieu de son panel de juges funky et impressionnants constitué de Drew Elliott, directeur artistique à Paper Magazine, de Law Roach, styliste chouchou de la vénérée Céline, et d’Ashley Graham, top model qui porte magnifiquement la taille plus.


Source

C’est une émission que j’aime depuis longtemps, j’étais petite et je m’amusais à faire des faces dans le miroir pour plaire à Tyra. Je suis plus grande et je fais des faces dans le miroir pour plaire à Tyra. Ça continue, c’est une roue, c’est comme ça.

Mais pour ceux qui ont été choqués par les frasques de Jo à OD, c’est juste que ANTM > JOANIE. Ou genre, ANTM >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> JOANIE. Genre mille fois, peut-être soixante-dix mille fois ou presque.


Source


Source

Des filles qui se tirent les cheveux, des filles qui se traitent de laides, des filles qui se traitent aussi de tabarnacks d’osties de folles, des filles en compétition, et qui plus est, dans un concours de « beauté ». Je dis « beauté » parce que c’est pas juste ça, en fait c’est pas mal plus que ça, c’est aussi le look, le style, le panache, l’attitude, et, depuis quelques saisons, ça a aussi à voir avec la capacité de manager.

Sauf que dans le cas des deux émissions, le milieu est drastiquement touché par un manque de sororité. Les filles se mettent à capoter pis elles oublient leurs idéaux politiques au fond d’un frigo qui sent le moisi parce que telle a pas ramassé son jus de poulet qui coule sur les poires de l’autre dans le tiroir du fond. Les candidates qui vont à ces émissions sont aussi mises dans des situations où elles performent pour le regard, dans un monde qui voit l’apparence selon un mode ben orienté vers le désir masculin hétéro, avec en plus tous les clichés qui touchent aux stéréotypes et aux standards de beauté. (Même si ANTM détonne d’une belle manière cette année, avec une saison pleine de diversité d’âge, de taille et d’ethnicité).

Oui, ces filles décident elles-mêmes de se mettre dans ces draps-là.


Source

Ce que j’ai ressenti comme empathie pour Jo, ça se traduit un peu en : ça me fait de la peine de voir des filles se barouetter de même entre elles. Manquer de solidarité de cette façon. Dans un monde où elles sont déjà confrontées à la mainmise masculine, se taper dessus encore plus entre elles. Je dis ça, j’ai l’air de dire : quelles connes, mais non, parce que j’ai déjà été dans cette dynamique-là moi aussi pis que je suis pas conne. On est élevées en série, comme l’écrit Martine Delvaux. On est si assidues à entrer dans le moule qu’on croit en devenir les biscuits identiques. Mais il ne faut pas être que ça, une image, sinon on devient aspirée par elle, pis on s’oublie. Personne est pareil. Faut apprendre à connaître sa valeur sans le regard de l’autre. Mais c’est dur quand tu nais en te faisant dire qu’y faut que tu sois comme ci comme ça, pis avec des belles bobettes en plus.


Source

À la base, les deux émissions entrent directement dans des moules qui demandent des contorsions aux filles. Je suis pas pour, mais je les écoute. Et je connais pas mal de filles qui elles aussi sont pas pour, qui les écoutent. Je connais pas mal de filles, pas pantoute d’accord avec ce que les deux émissions véhiculent, qui étaient à fond TeamJo, qui trippent sur Tyra pis sa junte d’amazones. On est témoin de ces dynamiques du désir masculin là, on y a peut-être et probablement aussi déjà participé. Mais devant les haters de Jo pis de la team entière des filles d’Od Bali, je peux juste me mettre en boule à terre pis essayer d’expliquer que non, elle est pas folle, elle est juste pognée à quelque part entre son envie d’un monde où y’en a pu de besoin de plaire à tout prix, pis celui où c’est le fun d’être remarquée.

Je parle beaucoup en son nom, je me le dis, en fait j’utilise certainement en ce moment l’avatar Joanie pour parler plus facilement de moi et des filles en général. Prenez-le pas mal si vous avez l’impression que je parle de vous aussi. En fait, c’est pas mal ça le but je dirais.

***

Photo Tyra

Photo Joanie

Photo plage

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de