Menu

Ta consommation d’alcool

S’arrêter et prendre le temps de se questionner sur nos habitudes de vie, sur son hygiène, c’est quelque chose que la plupart des gens fait de manière périodique et à une intensité variable. On peut quand même dire qu’en début d’année, c’est plus commun.

L’habitude que j’ai principalement choisi de questionner cette année (et qui en englobe bien d’autres!), c’est la consommation d’alcool. Je crois qu’on peut dire que l’alcool occupe une place assez importante dans la société, en ce sens qu’elle est présente dans la plupart des activités sociales (à mon âge en tout cas), mais aussi dans le sens qu’elle est très accessible et que c’est socialement très acceptable de prendre une p’tite bière après une grosse journée de boulot ou d’étude, voire vraiment acceptable et même recommandé d’en virer une cr*sse la fin de semaine.

Bref, consommer de l’alcool, sur le moment, ça peut être chill, mais quand tu te mets à penser aux répercussions plus sérieuses d’une consommation plus sérieuse, ça se peut que tu déchantes.

Ceci étant dit, les problèmes d’alcool ou de consommation en général sont beaucoup plus présents dans la société qu’on peut le croire ou même que ce que disent les statistiques. À la question : « À quel moment on devrait commencer à s’inquiéter de sa consommation », je répondrais : « Au moment où tu commences à te demander si tu consommes trop, » parce qu’une surconsommation d’alcool, ce n’est pas juste de dépasser les quotas quotidiens de Santé Canada. C’est de ne pas respecter ses limites propres et, surtout, de boire pour les mauvaises raisons (si on considère qu’il y a des bonnes raisons).

J’veux dire, du moment que tu bois pour t’occuper l’esprit, pour te changer les idées, pour vivre quelque chose que tu ne peux pas vivre à jeun, j’crois qu’il y a raison d’approfondir ta réflexion et de la partager avec tes proches.

Si t’es un guerrier ou une guerrière et que les causes de toxicomanie te tiennent à cœur ou si tu veux simplement relever un défi, je t’encourage fortement à t’inscrire au 28 Jours sans Alcool de la Fondation Jean Lapointe, la référence québécoise en ce qui a trait à la toxicomanie. Leur défi se présente sous trois différents niveaux, qui se réfèrent aux moments où tu as le droit de boire ou non, pendant que la fondation amasse des fonds pour aider les gens aux prises avec différents troubles reliés à la toxicomanie. Tu peux également parrainer.

En 2018, prends le temps de te questionner et félicite-toi si ta consommation te fais sentir bien, mais va chercher de l’aide si ce n’est pas le cas… n’oublie pas de te félicite de le faire. Tu le mérites.

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de