Menu

Vincent, ce que j’aimerais te dire

On m’avait dit que ça passerait, que le temps arrangerait les choses, que je t’oublierais et que notre histoire deviendrait une simple histoire à raconter à « ma fille » quand viendrait son tour d’avoir son premier chum. Le problème, c’est que dix ans plus tard, je ne t’ai toujours pas oublié. Tu es toujours dans mes pensées et je rêve encore du jour où tu reviendras auprès de moi. Je sais bien que ce jour-là ne viendra jamais; pour toi, je ne suis qu’un souvenir. Un souvenir agréable, je l’espère. 

Tu peux me dire qu’il serait temps que je décroche; inquiète-toi, pas je le sais. Je voudrais bien d’ailleurs, j’ai essayé, je te jure que j’ai vraiment essayé. Ne pense pas que je suis fière de cela, au contraire; je me trouve tellement pathétique. Non mais c’est vrai, c’est ridicule de toujours aimer une personne que tu n’as pas vue et à qui tu n’as pas parlé depuis des années. En plus, ce n’est pas comme si on avait été ensemble des années, qu’on avait eu une maison et des enfants. On a été à peine un an en couple, et vois-tu, dix ans plus tard, je suis encore accrochée. ARK, pour de vrai, ça me dégoûte.  

Je ne comprends fucking pas POURQUOI I can’t get over you. Qu’est-ce que tu m’as fait, m’as-tu ensorcelée pour que je sois à toi à jamais? As-tu gravé ton nom en or sur mon cœur, ou me l’as-tu arraché avant de partir pour être sûr que je ne puisse jamais aimer quelqu’un d’autre que toi? Je sais que non, mais secrètement, j’espère presque que ce soit le cas, au moins ça répondrait au « POURQUOI ». 

Peut-être que tu étais mon véritable amour, le seul dont je pouvais m’épandre, mais que je t’ai rencontré trop tôt; c’est vrai qu’on était jeunes. Tu voulais vivre tes expériences dans lesquelles je ne pouvais pas t’accompagner. Tes folies me rendaient malade, mais je t’aimais tellement que je ne pouvais pas te laisser. Tu sais que tu aurais pu me battre que je ne serais jamais partie. Je dis ça, mais je sais que tu ne l’aurais jamais fait. Je sais qu’à cette époque, tu m’aimais autant que je t’aimais, ça, je n’en doute pas. Tu n’aurais jamais voulu me faire souffrir, et c’est pour ça tu m’as laissée sur ces mots : « Je t’aime tellement que je ne peux plus te voir être malade à cause de moi. Je te fais souffrir sans le vouloir. Tu mérites mieux ». Mon dieu, si tu savais à quel point je souffre davantage sans toi. Mon cœur s’est arrêté au moment où tu m’as dit ces mots; mon univers s’est effondré et depuis, je m’efforce de survivre du mieux que je peux en essayant de profiter des petits bonheurs qui m’entourent. Tu sais, j’aimerais mieux les partager avec toi. 

En fait, tu sais quoi, je ne veux pas vraiment les partager avec toi. Ce que je veux, c’est mettre un terme à ce unfinished business qui me hante depuis des années pour que je puisse enfin rencontrer quelqu’un de tout autant magnifique que toi, mais qui saura partager sa vie avec moi.  

Je ne t’en veux pas d’être passé à autre chose, même que je t’envie. J’aimerais que notre histoire soit pour moi aussi un beau et agréable souvenir, et non pas un fardeau qui pèse sur ma vie. Hopefully, one day. 

Anonyme

Source photo de couverture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de