Menu

Mois Multi : Soirée Indomptée II

Le Mois Multi, un évènement culturel présenté à chaque année durant le mois de février, bat son plein en ce moment même, pour la 19e édition. Comme son nom l’indique, le Mois « Multi » propose des artistes multidisciplinaires, ce qui permet au promoteur de l’évènement de vous offrir une programmation vraiment riche.

« Le programme du festival déploie des univers qui donnent à espérer une vie meilleure. »

Spectacles, performances, installations, expositions, ateliers et conférences ; c’est un festival culturel des plus complets.

Cette année, ils offrent du temps de festival au DJ et producteur québécois Michel Plamondon. Ce temps, il l’a consacré à une présentation de musique électronique à laquelle j’ai eu la chance d’assister.

La Soirée indomptée II présentait les œuvres DATANOISE, Trois pièces avec des titres et Space Time Helix. Ce furent trois superbes présentations uniques avec, comme seuls points communs, les sons électroniques.

DATANOISE

Déstabilisants, inquiétants, physiques et agressifs, Alexis Langevin-Thétrault et Pierre-Luc Lecours ont offert une performance audiovisuelle intense, puissante et percutante. À l’aide de dispositifs lumineux et de projections jumelées à des instruments inventés à base d’autres instruments à corde, à vent et à percussion, ils ont plongé les spectateurs dans une ambiance dense et perturbante, qui s’est révélée être un vrai chef-d’œuvre. Pour écouter, c’est ICI.


Photo: Stéphanie Lessard

Trois pièces avec des titres

« L’image contrôle le son »

Alexandre Burton et Julien Roy ont présenté leurs compositions interactives avec un enchaînement de manipulations captées en direct. En alliant un instrument de composition interactive, un appareil photo, un synthétiseur, des instruments de musique, des ordinateurs et des projections vidéo, ils ont offert un spectacle entraînant et original. Allez voir ICI.

Space Time Helix

L’artiste italienne Michela Pelusio était présente deux soirs avec son instrument « photoacoustique malléable », qu’elle avait inventé elle-même.
En gros, une corde attachée du plafond jusqu’à un moteur rotatif au sol réagit à des impulsions, des lumières et des gestes de l’artiste, ce qui crée devant vos yeux des sculptures lumineuses et translucides de toute beauté. Plongée dans la noirceur de la Salle Multi, elle semblait faire de la pure magie, emmenant ainsi le spectateur dans un autre espace-temps.

Je n’ai pas pu prendre de photo, mais de toute façon, jamais je n’aurais pu capturer cette sublime ambiance. Pour voir, c’est ICI !

Quelques expositions sont présentement installées dans le hall du centre Méduse, à L’Œil du Poisson et à Vue, alors que d’autres le seront prochainement dans la Salle Multi et au Studio d’Essai du 16 au 25 février. Notez aussi que d’autres expos se trouvent à la Chambre Blanche, à Regart, au Studio d’Avatar de même qu’à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval.

Si vous voulez plus d’info, le calendrier complet est sur le site web, de même qu’une billetterie en ligne.

Allez faire un tour ; c’est une belle occasion de rencontrer des artistes et de faire des découvertes.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre