Menu

Arrête. Souffre. Vis.

Ça va vite, hein? Les études, la job, le chum, la blonde, les enfants, les amis, la famille, tous les engagements qu’on prend et qu’on veut tenir, tous ces gens qu’on ne veut pas décevoir, toutes ces situations qu’on doit mener de main de maître comme si rien ne pouvait nous échapper.

Rester en shape, être au courant des dernières tendances, prendre du temps pour soi, prendre du temps pour l’autre, être encore plus multitask qu’une pieuvre boostée aux stéroïdes, des fois ça fatigue, des fois ça te rentre dans la tête et des fois, ça te rentre, encore pire, dans le cœur.

Fait que, parfois, tu arroses tout ça d’un peu de ta pharmacopée maison. C’est vrai, ça détend, ça allège les cœurs, ça fait naître les sourires sur les visages, ça rend un peu tout plus facile à accepter. Mais au bout du compte, ça change rien.  Ça repousse pas les deadlines que ton boss t’a donnés, ça embellit pas ta relation de couple, tes enfants font pas moins de bruit le dimanche matin et tes parents t’attendent toujours pour bruncher dans une énième rencontre familiale.

Tout ça, ça peut être difficile à gérer, mais dans le fond, faut juste que t’arrêtes, que t’arrêtes de te geler le cerveau un brin, parce que oui y’a ben des situations qui peuvent te gosser, qui peuvent te faire souffrir, mais ça fait partie de la vie. Pis souffrir un peu de temps en temps, ça prouve juste une chose, c’est que t’es encore en vie. C’est vrai que y’a rien de plaisant dans la souffrance, mais c’est pas en fuyant que les choses vont s’arranger. Et puis, une fois passée, la tempête laisse toujours place à un magnifique ciel bleu (c’est quétaine, mais c’est pas faux 😉).

Alors, quand y’a un coup dur qui te rentre en pleine tronche, ressens toute la vibration de l’uppercut qui vient de te frapper. Tu vas finir par apprendre à rouler avec les coups, pas à les éviter, mais à être capable de les encaisser sans avoir peur d’en prendre un autre dans la foulée. Ça va faire mal au début, c’est sûr, mais t’es plus fort que tu penses, pas mal plus à part ça.

Pis quand, des fois, ça fait plus mal que d’habitude, garde pas ça en-dedans. Fais sortir le méchant, va courir dans le bois, grimpe une montagne, va t’acheter une causeuse IKEA pis assemble-la (tu vas voir, ça c’est tough). Quand ça va être sorti de toi, respire un bon coup, dis-toi que c’était faisable, après tout, pis que tu l’as fait les idées claires.

T’avais raison, t’es plus fort que tu le pensais.

Par Simon Guérard

Source photo de couverture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on StumbleUponShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de