Menu

À travers ses yeux

J’me demande c’était comment de te voir à travers ses yeux : de te voir sourire, de te voir éclater de rire, de te voir en colère, de te voir agir, de te voir m’embrasser, de te voir mentir – me mentir.

J’me demande c’était comment être elle.

D’être la raison de cacher ton téléphone, d’être la raison de tes mensonges, d’être la raison de mes pleurs de fond d’appartement.

J’me demande c’était comment être elle.

De savoir que tu dormais avec moi, de savoir qu’elle était en train de foutre des nuits, des mois, des années d’amour en fumée ; de ne pas savoir si elle allait, ou non, réussir à t’emporter, à t’arracher à mes bras, à te prendre sous son emprise. J’me demande c’était comment de n’avoir que des bribes de ton existence, celles que tu pouvais lui accorder pour ne pas trop éveiller mes soupçons.

Pis j’me demande c’était comment de savoir que, peu importe ce qui adviendrait, quelqu’un aurait de la peine, que ce soit elle ou moi. J’me demande c’est comment d’avoir tellement confiance en soi que tu ne lâches pas prise, quand même moi je n’arrivais pas à me truster assez pour croire une seule seconde que j’serais choisie là-dedans.

J’me demande c’est comment de s’imaginer avec quelqu’un, quand on sait que quelqu’un d’autres s’imagine aussi avec. J’me demande c’est comment de faire des plans avec quelqu’un qui, théoriquement, en a déjà. J’veux dire, sur quoi tu te bases? Du vent? Des belles paroles? Des promesses à demi tenues?

Pis en me demandant tout ça, j’ai probablement du manquer le plus important. T’étais tellement tout pour moi, tellement impressionnant, tellement merveilleux, tellement wow ; c’était comme ça aussi à travers ses yeux. Je n’peux juste pas lui en vouloir, je n’peux juste pas lui en vouloir de t’avoir désiré, de t’avoir couru après, de t’avoir pris à moi. Après tout, j’t’avais bien pris à quelqu’un, moi aussi.

Au final, je n’me demande pas vraiment c’était comment d’être elle. J’le sais tellement. Dieu que je l’sais. Se languir de toi pis attendre ta putain de réponse. Attendre une minute de trop, paniquer, penser qu’tu m’avais oublié, que finalement tu revenais sur tes promesses, que c’était vraiment avec elle que tu voulais être.

C’est comment d’être toi, au fond?

Anonyme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre