Menu

Je suis pas cool

Cet été, j’ai eu 30 ans.

Ça aurait pu être un gros, GROS choc, mais je m’y suis préparée. J’ai passé la moitié de l’année d’avant à dire que j’avais 30 ans « Ben 29, mais t’sais, rendu là! » alors quand c’est arrivé pour de vrai, j’avais comme la moitié du travail de fait.

En même temps, avec du recul, je me dis que crime (je vais pas sacrer ici), j’ai toujours ben pas 98 ans, je suis en santé pis la mort est pas supposée être sur le bord de frapper à ma porte. Comment ça se fait que j’avais tellement besoin de préparation que j’ai flushé ma dernière année de vingtaine? La réponse, c’est que je suis entourée de gens extra talentueux, brillants et créatifs qui ont la jeune vingtaine ou qui ont trouvé une façon de shiner dans le monde il y a 10 ans.

Le soir, quand je descends mon feed Instagram et que je vois les stories quotidiennes et les 30 derniers posts en 10 jours de mes amis cool et branchés, je me dis que ma vie est ben beige pis que je suis épouvantablement plate. Quand t’as une job steady, c’est un peu louche de prendre des photos de ton bureau pis de tes collègues pour les mettre sur internet #hustlepastant #paycheckrégulier, même que ça se peut que Linda des ressources humaines veuille te rencontrer. On parle pas de Snapchat, j’ai même pas téléchargé l’application.

Il y a une pression capotée sur le fait de faire des choses, et de se broadcaster en train de les faire (même prendre un latté tuseule chez vous #cocooning #hygge). Si tu publies pas de photo de toi en train de faire de l’escalade, es-tu vraiment en shape? Si t’as pas publié de photo de ton pouf de méditation, es-tu vraiment zen #gratitude?

30 ans vie trentaine

J’aimerais ça te dire (et à moi aussi un peu [surtout]) qu’il n’y a aucune date d’expiration sur le succès. C’est correct si t’as pas encore fini ni commencé ton scénario, ton album ou ton plan d’affaires international à 18, 29 ou 47 ans. T’as le droit d’explorer plein de choses, de faire des changements de plans, d’apprendre à te connaître pour vrai pis de te couper/laisser pousser le toupet pendant trois ans #glowup.

Le succès, de toute façon, qu’est-ce que c’est? À l’heure où la célébrité est accessible à tous, c’est comme s’il fallait qu’on aspire tous à ça à plus ou moins grande échelle. Sauf que tout le monde ne peut pas être youtubeur à temps plein #épicerie.

Je vous vois, mes vedettes de l’ombre. Mes préposées aux bénéficiaires qui ont pas la force d’aller clubber après leur shift de midi à minuit, mes enseignantes qui font du bénévolat le soir dans leur classe avec un lunch pas photogénique, mes éducatrices et mes infirmières qui ont raté l’après-midi au spa parce que personne est rentré sur le shift d’après, mes étudiantes qui ont pas dormi plus de 4 heures d’affilée depuis trois mois et qui ont 5,98 $ dans leur compte #oublieçalaurierquebec, mes mères à la maison qui ont un salon pas Pinterest pentoute et mes comptables méticuleuses qui font la job que pour vrai, personne d’autre est capable de faire #dontdiy.

Vous êtes hot. Ce que vous faites est important, on se le dira jamais assez, pis vous aussi, vous méritez de shiner.

Par Noémie Tisserant

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2019. Tous droits réservés
Une réalisation de