Menu

Comment conserver ta joie matinale dans les transports en commun

La routine métro-boulot-dodo peut être vraiment chiante lorsqu’on s’arrête aux désagréments du transport en commun. Possédant encore ma voiture, j’ai eu besoin de plusieurs semaines d’adaptation avant de faire du métro mon ami (un ami qui gosse, mais un bon ami quand même). Je te partage donc quelques trucs pour conserver ta joie matinale malgré les longues minutes passées dans le transport collectif.

1. « Sans tes écouteurs, tu ne sortiras. »

C’est sans doute la base du transport en commun, me diras-tu. Mais au-delà de simplement écouter ta playlist du jour, profiter de ces moments pour découvrir un nouvel artiste ou un nouvel album rend le chemin beaucoup plus agréable. Personnellement, je suis parfois déçue d’arriver à destination, car je suis totalement éprise d’une chanson. Crée-toi une playlist de motivation, une autre qui te rappelle ton dernier voyage, une autre qui te donne envie de danser et choisis celle qui s’applique le mieux à ton feeling du matin.

Mis à part la musique, il est possible d’en profiter pour écouter la radio, des podcasts, un livre audio… Bref, tant qu’à être coincé dans le métro 30 minutes, pourquoi ne pas en profiter pour te mettre à jour sur les sujets qui t’intéresse, sur l’actualité ou pour écouter un roman classique?

2. Lire

Je conserve toujours un livre sur moi, au cas où une envie de lire me prendrait. Lorsqu’on est totalement absorbé par un roman, on a hâte de prendre le bus pour s’accorder une pause lecture. On peut faire la même chose avec un journal, ses notes de cours… Ou encore, on peut rattraper son retard dans la lecture des articles de la Fabrique Crépue. Sur Facebook, la fonction « Enregistrer » permet de conserver tous les liens d’articles que tu pourras lire plus tard. Le matin, j’ouvre les articles archivés et me permets de prendre le temps de les lire.

3. Travailler ton équilibre

Rien de mieux que d’être debout dans un véhicule en route pour pratiquer son équilibre et travailler ses chevilles! Plutôt que de pester contre le métro bondé, j’en profite pour pratiquer mon axe vertical, en conservant les genoux mobiles, en ressentant bien l’appui de la plante de mes pieds, en restant droite et en relâchant les épaules. Cet exercice permet de faire circuler l’énergie accumulée dans le haut du corps (les tensions musculaires) vers le bas du corps et m’énergise pour la longue journée assise qui m’attend.

4. Pratiquer la gratitude

Plutôt que d’être remplie de frustration et de haine envers les gens qui se bousculent, je suis reconnaissante envers les autres et envers moi-même de participer au transport collectif. Ce petit geste quotidien, qu’il soit par choix ou par obligation, permet de désengorger les routes, de limiter notre empreinte écologique et témoigne de notre volonté d’adopter un mode de vie plus vert et communautaire. C’est-tu pas merveilleux ça?

5. T’habiller en multicouche et avoir un bon sac à dos

Rien de pire que de geler à l’extérieur et de suer dans le métro. Porter plusieurs couches permet de retirer facilement ton manteau, tes gants, ta tuque sans te retrouver en t-shirt et avoir finalement froid. Un bon sac à dos avec pochettes pour mettre ta bouteille d’eau et tes gants est également très pratique. Ce sac, que tu épureras en n’apportant que l’essentiel, permet de rendre le trajet beaucoup plus agréable. Avoir 2-3 sacs autour du bras, c’est fatigant et ça énerve les autres aussi. Si ton sac à dos tu l’aimes, mais pas assez pour te priver de le mettre sur le sol, alors là tes matins seront beaucoup plus légers!

6. Méditer

Que ce soit à l’aide d’une méditation guidée, de musique relaxante ou tout simplement avec le bruit ambiant, méditer est particulièrement intéressant dans le transport public. Ça peut sembler être le pire endroit pour le faire, mais la méditation, c’est justement se reconnecter avec soi-même, et ce, peu importe le chaos ambiant. Avec de la pratique, tu réussiras à en ressentir les bienfaits et après plus rien ne dérangera ta paix intérieure. Fermer les yeux juste quelques instants offre aussi l’occasion de se reposer encore quelques minutes lorsque la nuit fut trop courte. Conduire demande un état d’alerte constant. J’adore le transport en commun qui me permet de pouvoir être totalement dans ma bulle le matin et laisse mon cerveau se réveiller en douceur en restant dans la brume encore un peu.

7. Observer les gens

Que ce soit en jouant à « Où est Charlie? » avec ton ex, en prenant des leçons de style de la fille à côté de toi, en découvrant quel livre une personne lit ou en imaginant quel genre de vie mène le monsieur assis là-bas, observer les gens subtilement passe drôlement le temps. On pourrait clairement faire une étude sociale sur le monde dans le métro aux heures de pointe. Personnellement, je trouve que les gens sont beaux et ça me fait du bien. Tu peux aussi jouer à croiser le regard du gars ou de la fille cute afin de vivre une petite étincelle éphémère. Attention par contre, ça se peut que tu sois mal à l’aise pendant 4 stations après. Mais tu ne reverras probablement jamais cette personne alors ce n’est pas trop risqué.

8. Prendre des nouvelles de ta famille ou de tes amis

Souvent, je veux écrire à quelqu’un. L’élan est là, mais je suis au travail, en train de faire la vaisselle, en pleine activité physique… Bref, ce n’est pas le moment, puis après je suis trop occupée pour prendre le temps de le faire. Quand tu es dans le bus, tu n’as rien que ça à faire : prendre ton cell et écrire un SMS, un courriel ou un message Facebook à tes amis. Ça commence bien la journée de parler avec quelqu’un et tu n’as plus d’excuses pour ne plus prendre le temps de donner des nouvelles à ta mère.

En te souhaitant de joyeux trajets matinaux!

Photo de couverture : Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de