Menu

Tendre la main

J’ai lancé quelques mots dans l’univers comme on lance une bouteille à  la mer, le cœur en lambeaux dans le froid de l’hiver, mais les yeux encore bien ouverts, et tu as su prendre ma main tendue sur ton cœur afin de m’insuffler un peu de ton amour et de ta confiance qui avaient déserté mes rêves. D’un seul geste, de ta paume glissant dans la mienne, tu as su faire réapparaître les rayons du soleil estompés par la montagne à laquelle je faisais face, m’enjoignant du coup à comprendre qu’elle serait plus facile à surmonter une fois remis sur pieds, alors qu’elle m’apparaissait infranchissable de mon point de vue, les genoux rivés au sol. Remonter la pente n’allait pas être une tâche aisée, il me faudrait beaucoup de courage et de résilience afin d’y parvenir. Tu as su faire une différence dans la réussite de cette entreprise en éclairant mon chemin comme l’étoile polaire guide les voyageurs perdus dans la nuit.  Qu’il soit vrai ou non que ce que l’on donne ici-bas nous sera rendu au centuple une fois là-haut, il est certain que mon amour te soit acquis à jamais.

Grâce à ta magie, grâce aux étincelles qui jaillissent du bout de tes doigts, et comme tout avait déjà brûlé autour de moi, tu as su m’apporter une part de ton feu sacré afin que je puisse rallumer les braises encore fumantes qui s’estompaient lentement au fond de mon être. Aujourd’hui, c’est à mon tour de faire de mon mieux pour partager ces étincelles et faire s’enflammer les cœurs noircis par les cendres.

On le demande régulièrement en guise d’introduction, « Comment ça va? », question à laquelle on répond généralement de façon machinale avant de poursuivre la conversation. Loin de moi l’idée de vouloir changer ce code social bien implanté, mais j’aimerais que tu saches que lorsque je te le demande, c’est que j’ai vraiment envie de le savoir – que tu flottes sur un nuage ou que tu aies un genou au sol, que tu aies envie de rire ou de pleurer, et même lorsque cela fait longtemps que je ne te l’ai pas demandé, je suis toujours prêt à tendre la main pour attraper la tienne.

Alors, si tout semble être parti en fumée autour de toi, si la chute semble interminable, je t’attraperai, et on mettra ensemble le feu à nos cœurs pour en faire un brasier grandiose qui jamais ne s’éteindra.

« When there is nothing left to burn, you have to set yourself on fire. » – Your ex-lover is dead, du groupe canadien Stars.

Par Simon Guérard

Source photo de couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2018. Tous droits réservés
Une réalisation de