Menu

Je suis toujours dans la lune

« Pourquoi t’es dans la lune? Pourquoi t’as salé ton café? » – Les BB

Je suis une personne que l’on pourrait qualifier de lunatique. Je vis la tête dans les nuages. Je rêvasse constamment. J’ai la tête ailleurs, à moitié dans le passé, un peu dans le futur, à gauche, à droite, à des endroits qui n’existent pas vraiment.

Je n’ai pas besoin de grand-chose pour me distraire, ma tête me suffit. Elle est pleine d’aventures, de conversations qui n’auront jamais lieu, de beauté, de magie.

Je suis bien dans mon espace imaginaire, mais ça me nuit parfois dans la vraie vie. Je suis cette fille qui fait constamment des gaffes, parce qu’elle ne se concentre pas sur la tâche à accomplir.

Cette fille qui prévoit deux activités la même journée, qui envisage avec excitation ces deux activités sans réaliser que leur temporalité se chevauche.

Cette fille qui oublie quelque chose systématiquement partout où elle passe.

Cette fille qui tombe dans la lune au beau milieu d’une conversation et qui arrête d’écouter.

Cette fille toujours un peu mêlée, qui passe et repasse dans les rangées d’épicerie parce qu’elle a oublié de se concentrer sur ses achats au lieu de rêvasser.

Ça fait partie de moi. J’ose espérer que ça me rend attachante aux yeux de mon entourage, même si moi, ça me frustre parfois et ça me fait peur.

Comme quand je passe proche de mettre le feu à mon appartement parce que je me suis trompée de rond de poêle et qu’il y avait un plat de plastique sur le mauvais rond…

Comme quand je change de voie sur l’autoroute sans m’en rendre compte.

Comme quand je fais des choses machinalement sans arriver à me rappeler si je les ai faites. Ai-je barré la porte? Fermé le four?

J’aurais bien aimé pouvoir conclure cet article sur une note positive, une solution miracle, mais si elle existe, je ne l’ai pas encore trouvée. Ce qui m’aide un peu, c’est de tout noter par écrit, mes rendez-vous, mes sorties planifiées, les choses que je dois faire, que je dois acheter, etc. Et aussi, d’avoir une routine, comme ça je suis certaine de ne rien oublier, car ça devient ancré dans mes habitudes.

Oui oui, je pourrais me forcer un peu. Essayer de vivre un plus dans l’instant présent, pratiquer la pleine conscience. En même temps, je trouve qu’être rêveuse, même si ça comporte son lot de désagréments, ça peut être une belle qualité tant que ça ne tombe pas dans la rêverie anxieuse ou mélancolique. C’est une forme d’expression créative, en quelque sorte.

« Les grandes passions se préparent en de grandes rêveries[1] ». La plupart de mes décisions de vie, mais si elles peuvent parfois sembler sortir de nulle part, ont surgi quelque part au terme d’une séance de « promenade dans la lune ». C’est ma façon d’affronter le quotidien parfois drabe, de planifier mon avenir, de me laisser emporter dans un tourbillon d’espoir. Qui sait, peut-être que si je rêvasse assez fort, du beau se matérialisera?

Je vous laisse sur cette fabuleuse chanson des BB, parce que je sais pertinemment que, comme moi, vous l’avez dans la tête depuis le début de cet article ! 😉 (RIP Patrick Bourgeois)

Source photo couverture

[1] Gaston Bachelard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Une réalisation de